lundi 5 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Journée Européenne de l’Obésité : Par quoi remplacer les régimes Yo-Yo? Le CNAO offre une réponse sponsorisée

Jeudi, c’était la 13e journée de prévention et de  dépistage des cancers de la peau, une belle cause, hier c’était la journée Européenne de l’obésité. A cette occasion, l’ensemble de la presse y est allé de son petit article (nous aussi), sur les dangers de l’obésité et la nécessité de lutter contre son expansion. Cette  nécessité pourrait prochainement faire une victime collatérale, le clown Ronald Macdonald : Le Wall Street Journal rapporte effectivement que 550 médecins américains ont signé une pétition à destination du CEO du groupe Macdonald réclamant la disparition de l’effigie de la célèbre chaine de fast-food et l’arrêt du marketing à destination des enfants, en particulier des happy-meal. Si l’information est reprise dans la presse Française, rien de tel en France pour l’instant, aucune levée de bouclier de nos autorités sanitaires contrairement aux Etats-Unis où la Federal Trade Commission, la Food and Drug Administration, le Centers for Disease Control and Prevention et le ministère américain de l’agriculture ont édicté des recommandations imposant une réduction du sucre, du sel, des graisses, et des calories de toute nourriture faisant l’objet d’un marketing ciblant les enfants de 2 à 17 ans, recommandations que devront suivre tous les industriels.

La cible cette année, ce sont les régimes Yo-Yo. L’affiche éditée par le CNAO, Le Collectif national des associations d’obèses (CNAO), principal organisateur de cette journée en France, est reprise comme un seul homme par l’ensemble de la presse nationale. Elle montre une femme plutôt enveloppée, suspendue par un mètre de couturière symbolisant la mesure du tour de taille, semblant monter et descendre tel un yo-yo, dénonciation des régimes qui, s’ils font perdre du poids un temps, risquent d’en faite prendre encore plus après. Il ne serait pas acceptable de ne pas soutenir une aussi louable cause. “Pour plus d’informations sur cette journée, rendez-vous sur le site Internet du Cnao : www.cnao.fr.”, nous dit la presse internet, allons-y!

Le site est minimaliste, et à moins que vous veniez d’une autre planète ne vous apprendra pas grand chose sur l’obésité. On nous propose cependant de télécharger un magazine sponsorisé par un laboratoire pharmaceutique, le laboratoire GSK, “MAGPATIENTS”, un  hors série. Vous y découvrirez un éditorial d’un professeur renommé rappelant l’importance pour la santé de réguler son poids, un article de Mme Joly, présidente du Collectif qui énumères les chiffres dramatiques de la croissance de l’obésité en Europe et en France, une enquête sur les origines du surpoids et son vécu différent selon que l’on est une femme ou un homme, et enfin après ce teasing l’article phare que vous attendiez tous “Surpoids et obésité : quels risques? Quelles solutions? Oui, cet article le confirme, l’obésité tue, même beaucoup, 2,6 millions de personnes par an selon l’OMS, cite l’article : maladies cardiovasculaires, insuffisance cardiaque, hypertension artérielle, troubles métaboliques, diabète, hypercholestérolémie, maladies respiratoires, pathologies ostéoarticulaires, cancers, dysfonctionnement endocriniens, conséquences psychosociales, Handicap, œdèmes, troubles digestifs, rénaux, incontinence urinaire, augmentation des risques liés aux opérations et anesthésies, transpiration excessive, mycose(« champignons ») au niveau des plis de peau etc., rien n’a été oublié!

Face à un tel déferlement de pathologies, que faire? Cette journée Européenne de l’obésité dénonce les régimes Yo-Yo, ce n’est pas pour nous inviter à se lancer dans un régime, alors? Effectivement la suite de l’article nous propose des solutions. D’abord “manger mieux et équilibré”, bon d’accord, mais encore? Bougez plus! Oui, il faut “faire de l’activité physique”, mais encore? Là, l’article propose la solution radicale, la chirurgie gastrique avec réduction de la taille de l’estomac tout en précisant finalement que “La chirurgie de l’estomac n’est pas dénuée de danger. Outre les accidents liés à l’opération elle-même, la personne opérée peut souffrir de carences, vomissements, dégoûts alimentaires, boulimies, et de dépression”. Evidemment à ce stade, on se dit qu’il n’y a plus de solution. Si! Espoir! Enfin! Il faut lire jusqu’au bout, car arrive “Les produits pour vous aider à perdre du poids”. Ces produits seraient donc plus efficaces que les régimes et recommandés lors de la journée Européenne de l’obésité?

Lisons : “Vous avez le choix ! Les compléments drainants par exemple contribuent à éliminer l’excédent d’eau dans les tissus. Leur action est relativement rapide, mais ils ne sont pas efficaces à long terme. On peut les combiner à des produits dits « brûleurs » qui stimulent la dégradation des sucres et des graisses. Enfin, les produits de « déstockage » agissent sur les graisses stockées dans les adipocytes. Les crèmes minceur n’ont qu’une action locale, et bien qu’elles améliorent l’aspect esthétique de la peau, elles n’ont pas d’effet sur les kilos superflus ! Quant à certains médicaments, leur fonction première est d’empêcher l’absorption d’une partie des graisses contenues dans les aliments ingérés, ce qui réduit l’apport calorique. La molécule active est l’orlistat, un inhibiteur puissant des enzymes qui décomposent les graisses alimentaires. Cette action empêche la digestion et donc l’absorption des graisses ingérées, qui sont alors éliminées dans les selles. Aucun de ces produits ne constitue un traitement miracle et ils ne vous dispensent pas de contrôler votre alimentation et de prendre de bonnes habitudes alimentaires ! Pour plus de renseignements, demandez conseil à votre pharmacien ou à votre médecin“.

Voilà donc la solution? Des “compléments alimentaires diurétiques” qui de manière encore plus avérée que les régimes yo-yo ne servent à rien et un médicament amaigrissant vendu en pharmacie, l’orlistat (produit par le laboratoire GSK).

L’article omet de rappeler l’indication de ce traitement médical “dans le traitement du surpoids (Indice de Masse Corporelle, IMC ≥ 28 kg/m²) chez l’adulte. Il doit être associé à un régime modérément hypocalorique et pauvre en graisses.” et surtout ses effets secondaires en particuliers digestifs qui surviennent chez plus de la moitié des personnes : pertes anales graisseuses, diarrhées (parfois avec saignements), incontinences fécales, douleurs abdominales. Les diarrhées dues à l’orlistat réduisent la biodisponibilité de médicaments tels que les contraceptifs oraux (risque de grossesse non désirée), pourrait augmenter le risque de fractures osseuses, et réduisent l’absorption des vitamines.

Alors, une journée Européenne de l’obésité pour ça?

Source

Site internet du CNAO

GSK Grand Public MagPatients hors série mai 2011

 

 

 

t la jou

Articles sur le même sujet