vendredi 30 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Nucléaire : les radiations ionisantes modifient le sexe des bébés

Les radiations ionisantes ne sont pas sans danger pour l’homme. Selon, une récente étude allemande l’exposition aux radiations nucléaires entraine une augmentation des naissances de garçons au détriments des naissances de filles.

Ce travail montre que les radiations provenant des explosions de bombes atomiques, d’accidents nucléaires civiles comme du simple fait de vivre à proximité d’une structure utilisant ou stockant des éléments radioactifs, auront un effet négatif à long terme sur le ratio des naissances garçon/fille au détriment des filles. L’étude est publiée dans la revue Environmental Science and Pollution Research.

Les radiations ionisantes liées aux activités nucléaires sont capables de provoquer des mutations et ont donc potentiellement des effets sur la reproduction humaine. Les auteurs se sont intéressés aux conséquences des radiations ionisantes sur un indicateur génétique capable de révéler des différences de sex-ratio que les grossesses soient normales ou non. Ils ont analysé les naissances des garçons et des filles dans les zones touchées par les retombées radioactives liées aux essais nucléaires en Europe de l’ouest et aux États-Unis, aux retombées radioactives liées aux accidents nucléaires survenus en Europe et aux rejets des industries nucléaires en Suisse et en Allemagne.

Leurs analyses confirment des différences importantes entre les naissances de garçons et de filles dans 3 cas :

– Il y a eu une augmentation du nombre des naissances mâles en Europe et aux Etats-Unis entre 1964 et 1975 probablement du fait de l’émission et de la dispersion atmosphérique des retombées radioactives provenant de tests nucléaires américaines et européens, avant que ces essais à l’air libre ne soient interdits en 1963. Ces retombées ont continué d’affecter les populations humaines longtemps après leur interdiction.

– En 1987, Tchernobyl a émis des des radiations nucléaires qui ont également eu un effet sur le ratio des naissances en Europe; cet effet n’a pas eu lieu aux Etats-Unis où les radiations émises par Tchernobyl ont eu peu d’effet.

– Parmi les populations vivant à proximité des industries nucléaires, à une distance de 35 kilomètres, le nombre de naissances mâles était significativement plus important, que ce soit en Allemagne ou en Suisse.

L’ensemble des résultats analysés ici démontre un effet dose dépendant et à long terme, de l’impact des radiations sur le sex ratio des naissances. Ce qui reste moins clair est si cette augmentation du nombre des naissances est le résultat d’une réduction de la fréquence des naissances féminines ou une augmentation du nombre des naissances de garçons. Les auteurs estiment que le déficit des naissances et le nombre d’avortements ou d’enfants anormaux provoqués par le relargague des radiations ionisantes se chiffrent en millions.

“Nos résultats contribuent à réfuter la croyance établie que les rayonnements ionisants d’origine nucléaire induisent des effets héréditaires qui n’ont pas encore été détectées dans les populations humaines. Nous trouvons des preuves solides d’une dépréciation accrue du pool génétique de l’humanité causé par les rayonnements ionisants artificiels” concluent les Dr Schreb et Voigt auteurs de cette publication.

 

Source

The human sex odds at birth after the atmospheric atomic bomb tests, after Chernobyl, and in the vicinity of nuclear facilities
Hagen Scherb, Kristina Voigt
Environmental Science and Pollution Research, 2011; 18 (5): 697

Crédit Photo Creative Commons by Marion Doss

Articles sur le même sujet