jeudi 29 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Régime Dukan : quand un sondage se mue en étude scientifique

Haro sur l’un des prescripteurs les plus connus de régimes en France, le Dr Dukan, qui a par ailleurs récemment lancé sa méthode de régime aux Etats-Unis. Suite à la publication d’une “étude” réalisée par la société Benchmark Group pour l’un de ses sites internet, la presse unanime reprend les résultats de cette “étude” qui montre que 3 ans après le régime, 80% des personnes ont repris du poids. L’ensemble des articles stigmatisent le fameux régime : “inefficace”, “mise en danger de la santé”, “pas efficace sur le long terme”, etc…

La société Benchmark Group se défini comme “l’un des acteurs majeurs des nouvelles technologies en France. Sa mission : apporter aux professionnels du secteur comme aux particuliers, des outils d’information et d’aide à la décision face au foisonnement des nouvelles technologies et de l’Internet en particulier”. La société édite 5 sites internet, Le Journal du Net, L’Internaute, Copains d’avant, EmploiCenter, CommentCaMarche, Santé-Médecine et Le Journal des Femmes où la fameuse étude est publiée. Les résultats de l’étude ont été relayés par le journal “Le Parisien” le jour de sa publication, sous le titre “Les médecins alertent sur les dangers du régime Dukan“.

Voyons cette étude. Les résultats sont référencés dans une revue dénommée, “Obésité“, Revue francophone pour l’étude de l’obésité, publiée par le groupe Springer, sous le titre “L’enquête internet nationale Le régime Dukan : et après ?, premiers résultats, Dr B. Hansel, Dr P. Giral, A. Coppola-Xaillé, G. Monfort, M. Regnault, Pr E. Bruckert, Obésité (Springer), juin 2011″. Le numéro de juin n’est pour l’instant pas accessible en ligne, il n’est donc pas possible de lire cette publication, ce qui apporterait probablement des éléments importants en terme de méthodologie. Toutefois notons que cette revue médicale, à priori extrêmement confidentielle, n’est pas référencée dans les bases de données scientifiques internationales (Medline), ce qui réduit grandement l’impact scientifique et la crédibilité de ses publications.

L’étude a fait appel à 4 “experts” pour analyser les résultats,  le Dr Boris Hansel (Endocrinologue, Pitié Salpetrière, Paris),  le Pr Monique Romon (Nutritionniste, Lille),  Dr Marie-Josée Leblanc (Nutritionniste, Montréal, Canada) et Anne-Sophie Joly, Présidente du Collectif national des associations d’obèses, qui n’est pas médecin.

Le régime Dukan a été ciblé probablement pour sa popularité, le compte rendu de l’étude rappelant que 2 millions de français l’auraient essayé : “l’enquête (…) a été initiée pour recueillir les témoignages de sujets ayant participé au régime Dukan, en visant particulièrement. Le recueil de données concernant les personnes ayant suivi le régime au moins un an avant le début de l’enquête. L’objectif de ce travail était de disposer d’informations concernant l’effet du régime Dukan sur le poids à court, moyen et long terme, pour les comparer aux données scientifiques existantes sur les régimes restrictifs en général“.

Un des intérêts d’une étude, même menée par internet, est d’obtenir des informations fiables apportant des réponses à une question concrète. Pour cela la sélection des répondants est primordiale afin qu’elle ne soit pas biaisée, ce qui nuirait aux résultats. La manière dont les répondants ont été sélectionnés n’est ici pas indiquée. Imaginons par exemple qu’ils aient répondu à une question s’affichant sur un site internet santé qu’ils regardaient sur leur ordinateur : “Vous avez essayé le régime Dukan et vous avez repris du poids, contactez-nous”, la teneur du panel serait évidemment caduque. En tous cas, pour l’instant la méthodologie de sélection du panel reste un mystère. Toujours est-il que 4 761 internautes ont répondu à 12 questions élaborées par la rédaction santé du journal des femmes et Santé-Médecine avec l’aide d’un médecin endocrinologue, nous explique t-on. Ce questionnaire était proposé sur 3 sites du groupe CCM Benchmark.

90% des répondant étaient des femmes et 10% des hommes dont 40% ont plus de 50 ans, ce qui fait écrire aux auteurs de l’étude : “ils sont plus nombreux après 50 ans à s’essayer au  régime Dukan. La prise de poids à la cinquantaine semble donc être une préoccupation masculine (page 11)”, une conclusion légèrement hâtive? 37% avaient suivi ou suivaient (?) le régime depuis moins d’un an, 43% l’avaient suivi il y a 1 à 2 ans, 11% il y a 2 à 3 ans, 4% il y a 3 à 4 ans et 5%, il y a plus de 4 ans. Les âges des répondants étaient très disparates, allant de moins de 25 ans à plus de 50 ans. Dans cette première version des résultats, le poids des répondants et le nombre de kilogrammes perdus pendant le régime ne sont pas livrés, pas plus que le type de reprise alimentaire à la fin du régime, ni d’ailleurs la durée de ce régime. On est très loin d’une étude, nom habituellement utilisé pour nommer un travail scientifique. Aucun groupe comparateur n’existe non plus, ce qui aurait permit de comparer le régime Dukan à une autre méthodologie. On trouve d’ailleurs à la fin du document, une petite phrase qui en dit long “Il est impossible d’affirmer que la population de volontaires  ayant répondu est représentative de l’ensemble des personnes suivant le régime Dukan“, voilà au moins une vérité scientifique au sein du document.

Une interprétation fantaisiste

Il est certain qu’avec une telle base de départ, il est complexe de délivrer des réponses cohérentes. La méthodologie statistique de référence est le pourcentage. Aussi, lorsque les auteurs affirment que “Après 3 ans et au-delà de 4 ans, près de 80 % des personnes reprennent le poids perdu” (page 7), immédiatement un lecteur imagine la nullité du régime. Cependant, les auteurs omettent de signaler que la période 3-4 ans n’intègre que 4% des répondants et 5% au delà de 4 ans.

Selon ces même statistiques du pourcentage global mêlant des régimes de durées indéterminées réalisés chez des patients de poids, d’âges, de sexe, et potentiellement de pathologies associées également indéterminées, 48% ayant suivi le régime il y a un an ont repris du poids, et 75% au delà de 2 ans. Mais cette reprise de poids reste elle aussi indéterminée, 1 kilogramme? 20 kilogrammes? Peu importe. Nos statisticiens en tirent des conclusions véritables : “Ces résultats expliquent l’impression de réussite du régime quand on interroge les gens pendant la première année et confirment qu’à moyen et long terme le régime Dukan n’est pas plus efficace que les autres régimes“.

Et même en ne manipulant que des pourcentages, les chiffres s’emmêlent. Reprenons les données chiffrées livrées dans le PDF téléchargeable pour y voir plus clair (cf. tableau).

On constate alors qu’en considérant la population totale sans distinction, sur les 4761 internautes ayant répondu, 2255 ont déclaré avoir repris du poids, soit 47%.

Une autre manière d’interpréter ces résultats ne serait-elle pas alors de sortir de cet agglomérat de chiffres une autre vérité : 53% des personnes interrogées n’ont donc pas repris de poids. 53% sur une durée allant de 1 an à 5 ans! Ce n’est pas si mal, non?

Voilà où peut conduire un sondage pseudo scientifique. Ne serait-ce qu’un coup médiatique bien organisé pour faire connaitre un site internet santé? Il ne semble pas en tout cas que cela serve la véritable préoccupation des personnes dont le souhait est de maigrir afin de retrouver une meilleure santé et de réduire les risques auxquels l’obésité ou une surcharge pondérale les exposent. Cette tentative ne va malheureusement ni améliorer le débat, ni aider les personnes concernés. Pourtant, une aide médicale à l’amaigrissement est souhaitable. Quel régime est véritablement efficace s’il y en a un? Ce sondage n’y répond pas. Aucune conclusion scientifique ne peut être tiré ici. On regrettera une nouvelle fois que les journalistes se ruent sur une information délivrée par un de leur confrère (le journal le Parisien) sans retourner à la source et en analyser les tenants et aboutissants. Nous attendons avec impatience la publication dans la revue “Obésité”!


Effectifs des répondants en fonction de  l’ancienneté du régime % de répondants en fonction de l’ancienneté du régime (p 22) Valeur absolue de la population ayant répondu % de la population déclarant avoir repris le poids perdu en fonction de l’ancienneté du régime (p 7) Valeur absolue de la population ayant repris le poids perdu
<1 an 37% 1761 35% 616
1-2 ans 43% 2047 48% 982
2-3 ans 11% 532 64% 334
3-4 ans 4% 190 70% 133
>4 ans 5% 238 80% 190
100% Env 4761 Env 2255


Source

Régime Dukan, et après?

Une étude met en cause le régime Dukan (France 2)

Le régime Dukan sur la sellette (l’Express)

 


Articles sur le même sujet