lundi 26 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Escherichia coli entéro-hémorragique an Allemagne: les Européens sont irresponsable selon les autorités scientifiques américaines

Selon les autorités sanitaires américaines la bactérie identifiée en Allemagne n’est pas si terrible et il existe beaucoup d’autres germes à risque pouvant créer des intoxications alimentaires beaucoup plus dangereux  : Ils jugent par ailleurs totalement irresponsable les termes utilisés par les officiels et repris dans les journaux “Utiliser des termes tels que la bactérie tueuse mutante est totalement irresponsable” explique le  Dr. Timothy Jones, épidémiologiste au Tennessee dans un article du New York Times, et pour cause “les bactéries mutent tout le temps, même celle avec lesquelles nous ne risquons rien”.

Les journalistes français utilisent ces termes pour accroitre l’angoisse des lecteurs : Le journal le parisien titre “la bactérie tueuse“, ou encore “Bactérie tueuse : il n’existe aucun traitement efficace“. Pour le figaro, il s’agit de “la mystérieuse bactérie tueuse“, et le Monde n’est pas en reste “Les scientifiques traquent la bactérie tueuse“.

En particulier les américains se sont inquiétés des rapports provenant d’Europe selon lesquels la bactérie serait résistante aux antibiotiques, non pas parce que cela rendrait la bactérie plus dangereuse mais parce que cela signifie que les Européens ne cherchent pas la solution dans la bonne direction. En effet, les infections alimentaires à Escherichia Coli ne se traitent pas avec des antibiotiques même lorsque la bactérie est sensible aux antibiotiques. D’ailleurs quand un Escherichia Coli montre des signes de résistances, la pire des choses est de tenter de l’éliminer avec des antibiotiques car ce sera permettre à la bactérie de muter et de devenir encore plus résistante.

Les médecins de l’université de Hambourg qui soignent actuellement un grand nombre de patients ont confirmé qu’ils n’utilisaient aucun antibiotique. Un patient hospitalisé avec des diarrhées sanglantes doit être isolé afin d’éviter que les selles infectées ne contaminent d’autres patients. Les toxines sécrétées par les Escherichia Coli dans les intestins passent dans le sang et vont altérer les petits vaisseaux sanguins provoquant la genèse de caillots sanguins qui vont boucher ces vaisseaux. Cet effet se voit en particulier au niveau rénal constituant le syndrome hémolytique et urémique qui met en jeu le pronostic vital. En plus, l’utilisation d’antibiotique semble favoriser encore le risque d’insuffisance rénale alors que se contenter de réhydrater par voie intraveineuse est le meilleur traitement pour garder les reins fonctionnels.

La plupart des patients développant une infection alimentaire à Escherichia Coli présentent des diarrhées sanglantes, des vomissements et de la fièvre. La diarrhée peut devenir sanglante dans les 3 jours qui suivent mais le plus souvent tout rentre dans l’ordre dans la semaine qui suit.

Par ailleurs les américains restent sceptiques vis-à-vis des informations délivrées par les autorités sanitaires Européennes, ils ne croient pas en particulier au fait que l’Escherichia Coli découvert, E. coli 0104:H4 soit si nouvelle que ça : “Cette bactérie est connue”, explique le Dr Robert Tauxe du Center for Disease Control and Prevention d’Atlanta (la souche a déjà été isolée en Corée), “en revanche qu’elle ait maintenant des gènes de résistance est intrigant : où est-ce que cette bactérie a t-elle bien pu être en contact à autant d antibiotiques différents pour y devenir résistante?”. Cette interrogation alimentera certainement la controverse sur l’usage désordonné et abusifs des antibiotiques dans les élevages d’animaux (Rappelons que le réservoir des Escherichia Coli est l’intestin des bovins).

Cette infection alimentaire qui fait parler d’elle au 4 coins du monde et génère une crainte tellement disproportionnée que de nombreux pays interdisent l’importation de légumes Européens (Russie, Liban..). Les Etats-Unis ont connu de telles alertes avec des tomates, des laitues et des épinards. Une loi a été voté au congrès américain l’année passée afin d’accroitre les capacité de la Food and Drug administration à inspecter les industries alimentaires.

Source

U.S. Calls Antibiotics Wrong Step on E. Coli
GARDINER HARRIS
NYT 2 june 2011

CRédit Photo Creative Commons by pbovigny

 


 

 

Articles sur le même sujet