samedi 1 octobre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Insuffisance cardiaque : la resynchonisation cardiaque est en fait inutile chez 40% des patients qui en bénéficient

Une analyse globale des résultats de plusieurs études montre que chez les patient insuffisants cardiaques, l’implantation de stimulateurs cardiaques permettant la resynchronisation de cœur n’est réellement utile qu’à 60% des patients chez qui ces dispositifs ont été implantés, un résultats surprenant quand l’on sait que le prix de ces dispositifs avoisine les 10 000 euros pièce. “Ces résultats ont des implications cliniques et un impact sur des milliers de patients (…) Nous avons mis en évidence que les patients équipés d’un stimulateur cardiaque mais qui avaient des perturbations de la conduction cardiaque faibles, ne retirent aucun bénéfices de l’implantation toujours à risque de ces appareils couteux”  explique Ilke Sipahi, auteur de l’étude.

La méthode évaluée dans cette étude est la resynchronisation cardiaque : La resynchronisation cardiaque est une technique de traitement de l’insuffisance cardiaque par pose d’un stimulateur cardiaque spécial permettant la délivrance d’une stimulation électrique simultanée sur plusieurs points des ventricules qui  vont permettre de re-coordonner les différentes chambres du cœur et en améliorer globalement le fonctionnement et ainsi réduire les symptômes ressentis par le patient, essoufflement, fatigue, décompensation cardiaque. Cet appareil n’est indiqué que chez les patients ayant un élargissement du QRS sur l’électrocardiogramme (bloc de branche) d’au moins 120 millisecondes. C’est cette durée du QRS qui a intéressé les cardiologues : La resynchronisation cardiaque a t-elle la même efficacité chez les patients ayant un QRS modérément allongé (120-143 millisecondes) et chez ceux ayant un QRS sévèrement allongé (150 millisecondes).

Ils ont réunis les données de 5813 patients. Les résultats sont publiés dans la revue Archives of Internal Medicine. Ils retrouvent une efficacité de la resynchronisation cardiaque chez les patients ayant un QRS sévèrement allongé : Chez ces patients dont le QRS > 150 ms, l’appareil permet de réduire la survenue d’évènements cliniques de manière significative (-40%). En revanche, l’appareil n’apporte aucun bénéfice aux autres patients, aucune réduction des hospitalisations et aucune réduction de la mortalité n’apparait en effet lorsque le QRS des patients est inférieur à 150 ms. L’intérêt de l’appareil est donc totalement dépendant de la durée du QRS et cela quelque soit la gravité de l’insuffisance cardiaque présentée par les patients, et quelque soient les stades de la classification NYHA. Ces nouvelles données devraient amener à revoir les recommandations d’utilisation des appareils de resynchronisation cardiaque qui continuent à préconiser son utilisation chez des patients insuffisants cardiaques ayant un QRS >120 chez les patients aux stades III et IV de la NYHA.

“Cette étude peut avoir un impact profond sur la réduction des procédures inutiles : revoir les critères d’implantation des stimulateurs cardiaques permettant une resynchronisation va permettre d’éviter des milliers d’implantations inutiles et éviter des dépenses elles aussi inutiles” commente le Dr. Sipahi.

Le nombre de patients victimes d’insuffisance cardiaque ne cesse de croitre en particulier du fait du vieillissement de la population mais aussi du développement de ses facteurs de risque comme l’hypertension artérielle et les maladies ischémiques du cœur. En France, une hospitalisation sur 10 est liée à l’insuffisance cardiaque. Les resynchronisateurs cardiaques représentent un marché de près de 3 milliards de dollars aux États-Unis, 40% du marché mondial. Suite à cette étude, il devrait être réduit de 40% si les patients sont mieux sélectionnés.

Source

Impact of QRS Duration on Clinical Event Reduction With Cardiac Resynchronization Therapy: Meta-analysis of Randomized Controlled Trials
Ilke Sipahi, Thomas P. Carrigan, Douglas Y. Rowland, Bruce S. Stambler, James C. Fang
Archives of Internal Medicine, 2011

CRédit Photo Creative Commons by stev.ie

Articles sur le même sujet