samedi 1 octobre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Bahrein, un nouveau « procès des blouses blanches »

Vingt-trois médecins et 24 infirmère sont actuellement jugées par les autorités de Bahrein. Tous sont chiites et ont été arrêtés suite aux révoltes populaires qui ont embrasé le pays. Ces soignant rejettent les accusations « d’activités anti-étatiques» qui leur sont reprochées : ce sont en fait leur efforts pour faire leur métier de soignants et avoir soigné les manifestants blessés par la police et par l’armée de la monarchie qui les ont conduit face à un juge. Officiellement, ils sont accusés d’avoir pris le contrôle de l’hôpital de Salmaniya, le principal hôpital publique de la ville-état de Bahrein, d’avoir usé de violence à l’intérieur d’un bâtiment de l’état (l’hôpital), d’avoir kidnappé et retenu prisonnier des individus au sein de l’hôpital, et d’avoir refusé de soigner des sunites (la minorité religieuse au pouvoir à Bahrein). Le procureur avance que des armes et des munitions ont été découvertes à l’intérieur de l’hôpital obligeant les forces militaires à en reprendre le contrôle après avoir imposé une loi martiale. Cet hôpital était devenu selon les autorité le centre de coordination de l’opposition. Médecins et infirmières plaident non coupables des faits qui leurs sont repprochés. Un des médecins a tenté de témoigner que sa soi disant confession avait été obtenue sous la torture. Amnesty International a effectivement obtenu des témoignages des proches des inculpés selon lesquels ils ont été torturés et forcés à signer une confession. Le procès se poursuit actuellement.

Source

Bahraini doctors deny ant-state activities at military trial
Sophie arte
BMJ 2011; 342:d3755

CRédit Photo  Creative Commons by Crethi Plethi

 

Articles sur le même sujet