dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

La varénicline, un médicament d’aide au sevrage tabagique, accroit le risque d’accidents cardiovasculaires

Un médicament prescrit dans le sevrage tabagique, la varenicline (ayant un AMM en France sous le nom de Champix) entraine une augmentation des risque d’accidents cardiovasculaires. Ce résultat publié dans la revue médicale Canadian Medical Association Journal (CJAM) n’a pas été obtenu par la réalisation d’une nouvelle étude mais par l’analyse compilée des données de 14 études déjà publiées. La varenicline est le médicament le plus utilisé dans le sevrage tabagique

L’agence américaine du médicament, la FDA, dès 2006 avait, noté que «des évènements secondaires considérés comme sérieux suggèrent que la varenicline pourrait potentiellement accroître le risque d’évènements cardiaques, à la fois d’origine ischémiques et arrhytmiques, en particulier lors d’une utilisation prolongée ».  La notice du produit aux Etats-Unis stipulait que « des études post-marketing rapportaient des infarctus du myocarde et des accidents vasculaires cérébraux ischémiques et hémorragiques».

Cependant, ces types d’accidents  sont également causés par le tabac. Et les bénéfices de son arrêt sont très importants. La méta-analyse a été réalisée par des scientifique de l’université Johns Hopkins de Baltimore, habitués de ce type de travaux, les Docteurs Furberg et Singh entre autres. Les scientifiques de Johns Hopkins ont donc voulu évaluer la balance risque/bénéfice en comparant des fumeurs prenant la varenicline et des fumeurs n’en prenant pas. Au total , elle a incluse 8 216 patients.

Les résultats montrent globalement, une augmentation de 72% du risque d’évènements cardiovasculaires, terme générique regroupant nombre d’évènements cardiaques et cérébraux différents : infarctus du myocarde, angor instable, revascularisation coronaire, maladie coronaire, arythmie cardiaque, attaque ischémique transitoire, accident vasculaire cérébral, mort subite et insuffisance cardiaque. Il n’y aurait pas d’augmentation de la mortalité.

En terme de risque absolu, 52 patients traités par varenicline (sur 4908 traités, soit 1,06%) et 27 patients sous placebo (sur 3308, soit 0.82%) ont subi un de ces accidents, sans tenir compte des autres effets secondaires connus pour ce produit et non analysés dans cette étude. Le risque reste donc assez faible.

La vareciline permet à un patient supplémentaire d’arrêter de fumer pour chaque 10 patients traités. Les auteurs estiment que la prise de vareciline produira un accident cardio-vasculaire additionnel pour chaque 28 patients traités pendant une année.

Source

Risk of serious adverse cardiovascular events associated with varenicline: a systematic review and meta-analysis
Sonal Singh, Yoon K. Loke, John G. Spangler, Curt D. Furberg
July 4, 2011

Crédit Photo Creative Common by gorus87

 

Articles sur le même sujet