jeudi 29 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le “sexting”, une affaire de femmes !

Vous n’avez probablement pas manqué l’étonnante histoire d’Antony Wiener élu à la Chambre des représentants de la neuvième circonscription de l’État de New York ,  mondialement connu pour avoir du démissionner pour s’être fait prendre à envoyer de nombreuses photographies de son appareil génital à quelques femmes. Une histoire d’autant plus commentée outre-atlantique que wiener est également le nom de la saucisse glissée dans les hot-dogs vendus sur les trottoirs de NY…L’homme aurait-il définitivement abandonné la femme de chambre pour se reconvertir dans l’outil technologique afin d’affirmer une virilité déclinante ?

Selon une étude menée par Diane Kholos Wysocki, professeur en sociologie spécialisée dans l’étude des femmes à l’université du Nebraska , et Cheryl D. Childers, professeur en sociologie à l’université de Washburn, ce sont les femmes qui sont les plus à même d’envoyer des photos d’elles-mêmes, nues, ou des textos à caractère sexuel (sexting).

Les deux professeur de sociologie se sont spécialisée dans l’analyse des comportement sexuels sur la toile. Pour leur dernière étude, 5 187 adultes visiteurs du site AshleyMadison.com ont été mis à contribution. Ce site à cela de particulier qu’il est destiné aux hommes et aux femmes mariées qui veulent des relations en toute discrétion, célibaires s’abstenir. Les visiteurs de ce site ont accepté de répondre à 68 questions sur leur utilisation d’internet, leur comportement sexuel, tout en apportant des données démographiques.

C’est ainsi que cette étude démontre que deux tiers des femmes (mariées) envoie des photos d’elles-mêmes nues, ainsi que des textos à caractère sexuels (sexting) contre seulement 50% des hommes. Après avoir chaté, 83% des femmes veulent en avoir le cœur net et vivre la rencontre en vrai contre seulement 63% des hommes. En plus les femmes (mariées) exprimaient beaucoup moins de craintes que les hommes à être prises en flagrant délit de visionnage de matériel à caractère sexuel.

Evidemment, ces résultats obtenus auprès de swingers, ne peuvent pas être étendus à la population générale. Cependant, toujours selon l’analyse des réponses, les participants ne sont en fait pas motivé uniquement par concrétiser une infidélité, ils rechercheraient tous plutôt un partenaire pour la vie.

Source

“Let My Fingers Do the Talking”: Sexting and Infidelity in Cyberspace
Diane Kholos Wysocki, Cheryl D. Childers
SEXUALITY & CULTURE Volume 15, Number 3, 217-239, DOI: 10.1007/s12119-011-9091-4

 

 

 

Articles sur le même sujet