mardi 27 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Médecins : le paiement à la performance est inefficace

Le gouvernement Français a décidé sur proposition de la sécurité sociale, de lancer en France le payement à la performance des médecins généralistes. En respectant quelques règles et en favaorisant certains types de patients, un médecin généraliste pourrait toucher un peu plus de 9000 euros supplémentaires chaque année. Sécurité sociale et gouvernement justifie cette proposition au regard de l’existence de ce “pay for performance” dans d’autres pays en particulier aux Etats-Unis et en Angleterre. Est-ce efficace? plusieurs études en rendent compte.

En Angleterre, le paiement à la performance a été introduit dans les années 2000, dans l’espoir que cette incitation pécuniare pourrait permetter d’améliorer les soins et leur suivi, ce qui générerait au final des économies.

Les auteurs de cette étude ont ciblé le traitement et le suivi de l’hypertension artérielle. L’hypertension artérielle est le principal facteur de risque de la survenue d’accidents cardiovasculaires (infarctus, accident vasculaire cérébral) ; cette pathologie est très facilement traitable et 50% des plus de 50 ans sont hypertendus. Plus d’un tiers des patients connus comme étant hypertendus sont mal traités. Un meilleur traitement de l’hypertension artérielle pourrait réduire de manière importante la survenue d’évènements cardiovasculaires, faisant de cette maladie, une cible particulièrement intéressante pour évaluer l’efficacité du paiement des médecins à la performance. En fonction de l’atteinte de certains indicateurs, les médecins pouvaient gagner jusqu’à 25% supplémentaires sur leur rémunération globale. Il existait 5 critères pour l’hypertension, dont le plus simple était de réguler la pression artérielle des patients à 150 mmHg de systolique et 90 mmHg de diastolique ou en dessous. Le programme était volontaire et 99,8% des médecins y ont adhéré.

L’étude a porté sur l’analyse de 470 725 patients suivis de 2001 à 2007 comportant 23 mesures successives de la pression artérielle. Au début de l’étude 70% des patients étaient contrôlés. Les analyses démontrent qu’il n’y a eu aucun bénéfice de l’implantation du paiement à la performance. Le nombre de patients contrôlés n’a pas augmenté. Le nombre de mesures de la pression n’a pas non plus évolué, ni le nombre de médicaments prescrits par les médecins. Il n’a été enregistré aucun bénéfice en terme de réduction d’évènements cardiovasculaires dans la population étudiée.

Deux autres études réalisées en Angleterre et aux Etats-Unis, recherchant un intérêt au paiement à la performance dans l’asthme et l’angine de poitrine, ont également échoué à en trouvé un.

Voici ce que montrent plusieurs études de ce que le ministère de la santé qualifié “d’avancée majeure pour les patients, la santé publique, l’accès aux soins, la revalorisation de la médecine de proximité et l’efficience du système de santé”.

Source

Effect of pay for performance on the management and outcomes of hypertension in the united kingdom: interrupted time series study
Brian Serumaga, Dennis Ross-Degnan, Anthony J Avery, Rachel A Elliott, Sumit R Majumdar, Fang Zhang, Stephen B Soumerai
BMJ 2011; 342:d100

Crédit Photo Creative Commons by christian.greller

 

 

 

Articles sur le même sujet