lundi 5 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

le dépistage du cancer du sein n’est pas efficace : il ne réduit pas la mortalité des femmes

La réduction de la mortalité par cancer du sein a peu a voir avec l’efficacité du dépistage démontre une vaste étude menée en Europe. Le bénéfice enregistré dans certains pays est principalement lié à la qualité des soins apportés après découverte d’un cancer.

La mortalité par cancer du sein décroit en Amérique du Nord, en Australie, et dans la plupart des pays de l’Europe du nord et de l’ouest. Il reste cependant difficile d’évaluer le rôle véritablement joué par la mise en place de vastes dépistages nationaux sur cette réduction. La Finlande a mise en place un programme de dépistage dans les années 1960 ; la mortalité par cancer du sein se réduisit de 50% entre 1970 et 1980. Par contre, le programme mis en place en Norvège ne fut suivi que d’une réduction de la mortalité par cancer du sein de 8%.

Afin d’évaluer l’intérêt du dépistage et son influence sur la mortalité par cancer du sein, une équipe de scientifiques, dirigés par Philippe Autier de l’Institut International de la Recherche sur la Prévention (Lyon) ont sélectionné des pays Européens qu’ils ont assemblé par pairs en fonction de trois critères : des pays limitrophes, ayant une structure de population, des conditions socio-économiques et une qualité de soins et d’accès aux traitements identiques. Les paires sélectionnées étaient la Suède et la Norvège, les Pays-bas et la Belgique, l’Irlande du Nord et la République d’Irlande. Dans chaque paires, un seul des deux pays avait développé un dépistage national du cancer du sein.

Les facteurs de risque de cancer du sein ont bien évidemment été pris en compte afin de ne pas perturber l’analyse des données. Ces facteurs de risque sont l’obésité, l’âge de la première grossesse, la diminution de la fertilité.

Les résultats montrent que la mortalité par cancer du sein ne diffèrent pratiquement pas entre les pays qui ont mis en place un dépistage par mammographie et les pays qui n’ont mis en place aucun dépistage. Ainsi, c’est “l’amélioration des traitements et l’efficacité des systèmes de soin qui sont l’explication la plus plausible à la réduction de mortalité par cancer du sein” écrivent les auteurs dans le British Medical Journal. D’ailleurs, la plus grande réduction de mortalité est observée chez les femmes de moins de 50 ans, qui n’ont pas accès au dépistage.

En France, où un dépistage a été mis en place, son efficacité n’a jamais été prouvée malgré son coût important . Un coût secondaire va s’y ajouter puisque que le nombre de femmes dépistées dans une patientèle participera au montant de la nouvelle prime pour les médecins. Pour quels bénéfices?

Source

Breast cancer mortality in neighbouring European countries with different levels of screening but similar access to treatment: trend analysis of WHO mortality database
Philippe Autier, Mathieu Boniol, Anna Gavin , Lars J Vatten
BMJ 2011; 343:d4411

Crédit Photo Creative Commons by Tricia Wang 王圣捷

 

 

Articles sur le même sujet