mercredi 28 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Faire du vélo en ville sauve des vies

La mise à disposition de vélos dans les centres urbains a rencontré un fort engouement en Europe, en Asie et en Amérique, dans le but de promouvoir une alternative écologique aux problèmes des transports : Lyon, Stockholm, Barcelone, Seville, Paris, Toulouse, Hangzou, Milan, Bruxelles, Montreal, Mexico, Londres, ou Gangzou mettent à disposition des citadins entre 10 000 et 50 000 bicyclettes.

Devant la montée de la sédentarité, de l’obésité, tout comme du changement climatique, plusieurs organisations internationales appellent à un accroissement de l’activité physique des individus. Encourager et faciliter la marche ou le vélo en remplacement de la voiture peut-être une des réponses. Cependant faire du vélo expose aussi à des risques potentiels en ville, du fait de l’augmentation des accidents de la route, et de l’inhalation d’un air pollué.

Des scientifiques espagnols ont donc voulu évaluer véritablement le rapport benefice/risque sur la santé de la pratique du vélo en ville. L’étude a été menée à Barcelone. Pour les bénéfices sur la santé, ils ont tenu compte de la durée de l’exercice physique réalisée à vélo. Pour les risques sur la santé, de l’augmentation de l’inhalation des particules de 2,5 μm directement liées à la mortalité (celles émisent en particulier par les véhicules diesels, mais pas seulement), ainsi que du risque d’accidents de la route causant des décès. L’objectif est de dégager le risque de mortalité d’une population de 16 à 64 ans.

Les analysent montrent que la mortalité chez les citadins circulant en bicyclette diminue de 20% par rapport à ceux qui continuent à circuler en voiture. Si la pollution de l’air accroit la mortalité ainsi que les accidents de la route, le bénéfice apporté par l’exercice physique est bien supérieur pour tout ceux ayant décidé d’abandonner la voiture pour la bicyclette. Ce choix entraine éaglement une réduction globale de 0,9% des emissions polluantes, un bénéfices pour toute la population.

L’étude estime ainsi globalement que le vélo fait gagner 3-14 mois de vie aux cyclistes, alors que les accidents de la route représentent un risque  de 5 à 9 jours de vie perdus et la pollution de l’air, une perte de vie comprise entre 1 et 40 jours.

Les bénéfices de troquer la voiture pour la bicyclette sont donc majeurs en terme de santé personelle mais aussi de santé publique. Actuellement, les politiques publiques mises en place ont accru de 3% la population faisant du vélo, correspondant à un accroissement de 30% des trajets realisés avec ce mode de locomotion.

Il faut donc encourager et favoriser le développement du vélo en particulier en milieu urbain. Le vélo sauve des vies.

Source

The health risks and benefits of cycling in urban environments compared with car use: health impact assessment study
David Rojas-Rueda predo, Audrey de Nazelle, Marko Tainio, Mark J Nieuwenhuijsen
BMJ 2011;343:d4521

Crédit Photo Creative Commons by Where is Clifford The Big Red Dog?

 

Articles sur le même sujet