samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Viande et risque de diabète : plus la viande est transformée industriellement plus elle accroit le risque de diabète

Alors que le nombre de diabétiques dans le monde augmente exponentiellement, il est aujourd’hui établi que l’alimentation occidentale est un facteur de risque de survenue de la maladie. Et si les apports en sucre, par exemple liés aux sodas sucrés, sont montrés du doigt, la viande rouge mais surtout la viande transformée industriellement est dorénavant à considérer comme un aliment à risque selon une étude publiée dans la revue américaine American Journal of Clinical Nutrition.

Les scientifiques de la Harvard School of Public Health ont analysé les questionnaires de milliers de participants à 3 grandes études pour arriver à cette conclusion : une première étude comportait 37 083 hommes suivis pendant 20 ans, la seconde 79 570 femmes suivies pendant 28 ans et enfin la troisième 87 504 femmes suivies pendant 14 ans. Une analyse des habitudes alimentaires de l’ensemble de ces participants a été réalisée tous les 4 ans, et la survenue de diabète de type 2 était enregistrée.

En plus de ce premier travail, les scientifiques ont conduit une métaanalyse, une méthodologie statistique consistant à regrouper ensemble les résultats de plusieurs études afin d’obtenir des réponses encore plus valides scientifiquement. Cette métaanalyse a inclus au total 442 101 patients.

Les scientifiques ont tenu compte des facteurs de risque habituels pouvant influencer un diabète, comme le poids, l’indice de masse corporel, les facteurs de risque alimentaires, l’âge et le mode de vie.

Il ressort de ces analyses que la consommation quotidienne de 100 grammes de viande rouge, non modifiée industriellement accroit de 19% le risque de survenue d’un diabète. Pire, la consommation quotidienne de seulement 50 grammes de viande industrialisée comme le bacon, les saucisses, etc, accroît le risque de diabète de 51%.

Les scientifiques apportent cependant une solution. La subsitution des protéine apportées par de la viande, par des protéines apportées par des noix réduit de 21% le risque de diabète. Ce même risque est réduit de 17% si les protéines de viande sont remplacées par des laitages et de 23% si elles sont remplacées par des céréales complètes.

Ce n’est pas la première étude qui montre que les viandes transformées industriellement ont des conséquences délétères pour la santé. Les auteurs avertissent également que la consommation de viande transformée telles que le bacon, les saucisses, les viandes proposés dans des plats tous prêts, les hots dogs, contiennent une quantité importante de sels et de nitrites : leur consommation doit être réduite. Par ailleurs, la viande doit être remplacée comme apport protéiques autant que possible, par des noix et noisettes, des céréales complètes, des laitages pauvres en matières grâces ou les haricots.

Cette grande étude, menée chez un très large échantillon de population démontre clairement que la consommation de viande accroit le risque de diabète, un risque d’autant plus grand que la viande a été transformée industriellement. D’autre part, le bénéfice du remplacement de l’apport protéique fourni par la viande par une autre source alimentaire est possible et tout  fait bénéfique sur la santé, réduisant le risque de diabète de type 2.

Source

Red Meat Consumption and Risk of Type 2 Diabetes: 3 Cohorts of U.S. Adults and an Updated Meta-Analysis
An Pan Qi Sun, Adam M. Bernstein, Matthias B. Schulze, JoAnn E. Manson, Walter C. Willett, and Frank B. Hu
American Journal of Clinical Nutrition, August 10, 2011
Crédit Photo Creative Commons by wickenden

 

Articles sur le même sujet