dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

704 traumatismes crâniens dans les 34 aventures d’Astérix montre une étude épidémiologique

Un groupe de neurologues allemands a évalué les conséquences des combats dans les 34 albums retraçant les aventures d’Astérix le Gaulois, dessiné par Uderzo et scénarisé par Goscinny. Le résultats de leur analyses, sont publiés dans la très sérieuse revue de neurologie Acta Neurochirurgica. Ils ont identifié 704 traumatismes crâniens, causés dans 98,8% des cas par des combats ayant pour victimes principales des soldats romains, mais pas seulement. Sur les 704 victimes, 698 étaient des hommes et 63,9% des soldats romains, 120 sont d’autres Gaulois, 59 des bandits ou des pirates, 20 des Goths, 14 des Normands, 8 des Vikings, 5 des anglais et 4 des extraterrestres.

La majorité de ces blessures crâniennes sont causées par les indomptables Gaulois, avec Asterix et son fidèle compagnon Obélix étant responsable de 57,6% des blessures. Les Romains, eux, ne causent que 32 blessures au cours des 34 aventures, et les pirates une seule.

70,5% des victmes portaient un casque, qui se révélait inutile puisqu’il était perdu dans le combat dans 87% des cas parce que la jugulaire n’était pas attachée. Les assaillants avaient dans 83% des cas reçu avant le combat de la potion magique donnant une force surhumaine, laissant peu de chance à l’attaqué et semblant causer des blessures plus sévères que celles causées en l’absence de prise de potion magique.

Les scientifiques ont poussé la perfection de leur analyse jusqu’à utiliser le score de Glasgow afin d’évaluer la sévérité des blessures causées 696 fois par l’utilisation de la force brutale et 8 fois par strangulation. Les traumatismes furent donc jugés sévères dans 390 cas, modérés dans 89 cas et  moyens dans 225 cas. Il est à noter que les Romains en garnison dans les camps de Totorum, Aquarium, Laudanum et Compendium qui cernent le village Gaulois s’en sortent tout de même bien, puisque aucun décès ou dommage permanent n’a jamais été dessiné. “En général, tous les symptômes de traumatisme crâniens s’améliorent en quelques minutes à quelques heures” écrivent les auteurs avec cependant l’exception du druide Getafix chez qui “des déficits neurologiques comprenant aphasie et désorientation ont duré plusieurs mois”.

Au total, la nationalité Romaine, une paresthésie du nerf hypoglossal, la perte du casque et l’ingestion de potion magique étaient significativement corrélés avec un sévère perte de conscience. Les auteurs souhaitent également attirer l’attention des soldats romains sur l’importance d’attacher la jugulaire de leur casque.

Source

Traumatic brain injuries in illustrated literature: experience from a series of over 700 head injuries in the Asterix comic books
Marcel A. Kamp, Philipp Slotty, Sevgi Sarikaya-Seiwert, Hans-Jakob Steiger, Daniel Hänggi
ACTA NEUROCHIRURGICA Volume 153, Number 6, 1351-1355

Crédit Photo

Les Aventures d’Astérix le Gaulois – Album 1 – Astérix le Gaulois

 

 

Articles sur le même sujet