mardi 27 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Obelix, une étude pour évaluer le lien entre disrupteurs endocriniens et obésité de l’enfant


L’université d’Amsterdam a lancé  l’étude OBELIX (OBesogenic Endocrine disrupting chemicals: LInking prenatal eXposure to the development of obesity later in life). La polémique sur les conséquences néfastes des disrupteurs endocriniens, ou perturbateurs endocriniens, ne fait qu’augmenter, en particulier chez les enfants exposés. Une des hypothèses est que l’exposition au cours de la grossesse et des premières années de vie aux disrupteurs endocrieniens comme le bisphénol A, les phtalates, etc, pourrait être un  des facteurs favorisant l’obésité des enfants. L’étude OBELIX va étudier ce lien, durera 4 années et poursuit 5 objectifs :
– Mesurer l’exposition aux dysrupteurs endocriniens ( phtalates, bisphénol, retardateur de flamme, pesticides organochlorés, composés perfluorés, dioxines…) dans les premières années de vie
– Relier l’exposition aux dysrupteurs endocriniens à des conséquences cliniques, biologiques de l’obésité,
– Mener une étude animale permettant de caractériser les conséquences de l’exposition précoce aux dysrupteurs endocriniens et la survenue d’une obésité
– Déterminer les mécanismes selon lesqueles les dysrupteurs endocrieniens provoquent une obésité,
– Mesurer les risques d’exposition aux dysrupteurs endiocriniens liés à la nourriture de la femme enceinte et les conséquences sur l’enfant après sa naissance.

Les disrupteurs endocriniens sont partout, dans notre nourriture et notre environnement. Nombreuses sont les études ayant démontré leur effets néfastes. Et les industriels ne sont pas en panne d’idée pour en produire de nouveaux. Récemment, une chaine de supermarché a fortement communiqué pour annoncer la disparition du bisphénol A des tickets de caisse de ses magasins : le bisphénol A présent sur les tickets de caisse passe très facilement à travers la peau et contamine ceux qui les touchent. On a finalement appris que le bisphénol A de tickets de caisse avait été remplacé par du bisphénol S, sous prétexte que peu d’études aient prouvé sa toxicité…La contamination humaine par les disrupteurs endocrinien peut se poursuivre…

Source

The OBELIX project: early life exposure to endocrine disruptors and obesity
Juliette Legler,Timo Hamers, Margot van Eck van der Sluijs-van de Bor,Greet Schoeters,Leo van der Ven,Merete Eggesbo,Janna Koppe,Max Feinberg, Tomas Trnovec
Am J Clin Nutr June 2011ajcn.001669

Crédit Photo Creative Commons by Miran Rijavec

Articles sur le même sujet