Mercredi 17 décembre 2014

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Newsletter

ChargementChargement


9/11 : Comment les autorités américaines ont laissé s’intoxiquer les héros du 11 septembre

Une étude publiée par les scientifiques de l’hôpital Mount Sinaï de New York dans le journal médical Anglais The Lancet en commémoration de la dixième année de l’attaque terroriste ayant touché les Etats -Unis, démontre à quel point les “héros” du 11 septembre et tous ceux qui sont venus travailler ensuite sur le site, ont été intoxiqués par les émanations et les poussières en stagnation au sein des ruines des 7 tours du World Trade Center.

Le nombre de personnes suivis pour cette étude est impressionnant, rassemblant près de 27 000 policiers, pompiers, trvailleurs municipaux de la ville de New York et travailleurs du batiment. Les scientifiques ont suivi médicalement ces personnes durant les 9 années qui ont suivi le 11 septembre. Ils mettent en évidence une incidence extrêmement élevé d’asthme, de sinusites, de stress post-traumatique, de dépression, et de reflux gastro-intestinaux, touchant plus de 20% de la population suivie, souvent jeune et en bonne santé au matin du 11 septembre.

Neuf années après ce fameux 11 septembre,

  • 28% ont un asthme
  • 42% une sinusite
  • 49% un reflux gastro-oesophagien,
  • 42 % ont une destruction total ou partielle de leur fonction respiratoire pulmonaire, pouvant dans certain cas nécessiter une assistance respiratoire permanente par oxygène,
  • 7% des policiers et 28% des sauveteurs et travailleurs venus sur le site sont devenus dépressifs,
  • 9% des policiers et 39% des sauveteurs et travailleurs venus sur le site présentent un syndrome de stress post-traumatique,
  • 8% des policers et 21% des sauveteurs et travailleurs venus sur le site souffrent d’attaques de panique,
  • 10% des sauveteurs et travailleurs venus sur le site cumulent un asthme, une sinusite et un reflux gastro-oesophagien,
  • 48% des travailleurs venus sur le site qui ont un asthme, 38% de ceux ayant une sinusites et 43% de ceux ayant un reflux gastro-oesophagien, souffrent en plus d’un trouble mental.

Il s’agit de la plus grande et la plus durable étude prospective ayant évalué les conséquences du 11 septembre 2001 sur la santé physique et mentale des hommes et des femmes qui bravement ont répondu présents pour venir en aide à leurs concitoyens. Ceux qui sont arrivés les premiers sur le site ont été les plus exposés aux cendres et aux fumées ayant suivi l’effondrement des 3 premières tours du World Trade Center. Ils ont respiré un mélange complexe de de dioxine, de plomb, d’acier, d’amiante, de ciments, de benzène, d’hydrocarbures polycycliques aromatiques, de fibres de verre, d’acide chlorydrique, de polychlorobiphényle (PCB) et d’autres émanations chimiques toxiques. Tous ces toxiques ont été d’abord brutalement relachés dans l’air lors de l’effondrement des 2 tours principales puis de la troisième, 9 heures plus tard. Pour les analyses, les 27 000 participants ont été séparés en 4 groupes, en fonction de leur durée d’exposition : 14% étaient dans la catégorie d’exposition faible, 69% dans la catégorie d’exposition intermédiaire, 18% dans la catégorie d’exposition haute, et 3% dans la catégorie d’exposition très élevée.

“Ces hommes et ces femmes ont risqué leur vie et leur santé pour venir en aide à leur concitoyens américains” explique le Dr Philip Landrigan, principal investigateur de l’étude, “Maintenant, beaucoup d’entre eux doivent faire face à de multiples problèmes de santé. Notre étude démontre que cs pathologies persisteront pendant de nombreuses années. Nous devons tout faire pour apporter le maximum de soins médicaux indispensables à ces héros”.

L’ensemble des études publiées par la revue The Lancet en cette occasion du dixième anniversaire de l’attaque du World Trade Center démontre à quel point, les personnels envoyés sur le site n’avaient pas été prévenus ni protégés des risques liés aux fumées et aux cendres toxiques. En fait, à ce moment les autorités américaines clamaient haut et fort qu’il n’y avait aucun risque pour la population ou pour les secouristes. Force est de constater aujourd’hui que ce “mensonge” a couté la vie et la santé de beaucoup de volontaires. Et le gouvernement a abandonné nombre d’entre eux à leur sort (voir vidéos)

Les sacrifiés du 11 septembre 2001 (1 sur 4) par darimon

Les sacrifiés du 11 septembre 2001 (2 sur 4) par darimon

Les sacrifiés du 11 septembre 2001 (3 sur 4) par darimon

Les sacrifiés du 11 septembre 2001 (4 sur 4) par darimon

Source

Persistence of multiple illnesses in World Trade Center rescue and recovery workers: a cohort study.
Juan P Wisnivesky, Susan L Teitelbaum, Andrew C Todd, Paolo Boffetta, Michael Crane, Laura Crowley, Rafael E de la Hoz, Cornelia Dellenbaugh, Denise Harrison, Robin Herbert, Hyun Kim, Yunho Jeon, Julia Kaplan, Craig Katz, Stephen Levin, Ben Luft, Steven Markowitz, Jacqueline M Moline, Fatih Ozbay, Robert H Pietrzak, Moshe Shapiro, Vansh Sharma, Gwen Skloot, Steven Southwick, Lori A Stevenson, Iris Udasin, Sylvan Wallenstein, Philip J Landrigan.
The Lancet, 2011; 378 (9794): 888-897 DOI:10.1016/S0140-6736(11)61180-X

Articles sur le même sujet