samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le régime Weight Watcher, c’est – 6,5 kilos en 1 an

C’est une première pour un régime commercial déjà vendu dans plus de 30 pays. Une étude clinique publiée dans la grande revue Anglaise The Lancet démontre que le régime Weight Watcher permet à des personnes obèses et en surpoids de perdre un peu plus de 6 kilos par an. 

Dans les pays occidentaux et dorénavant les pays émergents, l’obésité avance vite, accroissant le nombre de maladies cardiovasculaires, de diabètes et de cancers. Une perte de 5 à 10% chez une personne obèse suffit déjà à réduire le risque cardiovasculaire et le diabète. De nombreux régimes existent proposant de perdre 5 à 10% ou même plus mais rtès peu ont bénéficié d’une véritable évaluation clinique. Weight Watcher est un régime commercial dont le principe n’avait justement jamais été évalué scientifiquement.

Jean Nidetch, une femme au foyer de Brooklyn, a inventé le concept Weight Watcher, basé sur une réduction des apports caloriques et des réunions régulières de soutien, un classiques aux Etats-Unis lorsque vous voulez faire face à un problème. Elle se réunissait avec des amies, qui comme elles souhaitaient perdre du poids  pour échanger idées et motivation. Devant les résultats obtenus, Jean Nidetch créa sa société en 1963, Weight Watcher. Seulement 10 ans plus tard Weight Watcher arriveait en France.

Les participants à l’étude ont été recrutés en Allemagne, en Angleterre et Australie. Ils étaient en surpoids ou obèses avec un IMC allant de 27 à 35 kg/m2,  avec un facteur de risque supplémentaire (tour de hanche supérieur à 88 pour les femmes et 102 pour les hommes, diabète, parents diabétiques, syndrome des ovaires polykystiques, hypertension, trouble lipidique, infertilité, arthrose des membres inférieurs..)

Le régime Weight Watcher était comparé à une prise en charge classique.

Qu’est-ce que le régime Weight Watcher :

Les participants randomisés dans ce groupe obtenaient un accès gratuit aux réunions hebdomadaires Weight Watcher, au cours desquelles, accompagnés par une animatrice, ils participent aux discussions, recoivent les conseils et le soutien des autres adhérents au programme Weight Watcher. Comme les participants de l’étude se mélaient à des clients payant Weight Watcher, il leur été demandé de taire leur participation à l’étude.

Le régime se base sur une approche hypocalorique, une alimentation équilibrée et une augmentation de l’activité physique. Chaque participant se pèse à son arrivée pour noter son évolution personnelle au fur et à mesure du programme. Pour standardiser le concept alimentaire, Weight Watcher a créé les unités ProPoints : chaque participant dispose d’un capital d’unités ProPoints journalier à consommer comme il le désire, chaque aliment ayant une valeur propre en unités ProPoints. C’est l’animatrice qui calcule pour chacun ce capital. Les participants avaient en plus accès aux services online de la société. 377 personnes ont suivi ce régime dans l’étude et 230 iront jusqu’à son terme de l’étude, un an plus tard.

Les autres participants, 395 personnes, ont reçu des conseils de la part de leur médecin généraliste, qui étaient encouragés à suivre les recommandations nationales en matière de perte de poids. Et c’est tout.

La perte de poids a été plus importante chez les participants au programme commercial Weight Watcher, -5,7 kg contre -2,25 kg en moyenne si tous les participants sont comptabilisés (y compris ceux ayant abandonné avant), et -6,65 kg contre -3,26 kg si on ne comptabilise que les participants ayant mené l’étude sur une année complète. Presque 60% de ceux qui ont terminé l’étude ont perdu plus de 5% de poids, et 45% de ceux qui ont arrêté le programme en cours de route. 30% de ceux qui ont terminé l’étude, ont perdu au moins 10% de poids (20% de ceux ayant arrêté en cours de route). Les pertes de poids s’accompagnaient d’une réduction du tour de taille et de la masse grasse, une réduction plus importante avce le programme Weight Watcher. La participation au programme Weight Watcher a également plus réduit l’insuline et le cholestérol sans pour autant que le contrôle de la glycémie ou de la cholestérolémie soit réellement amélioré.

Pour l’autre bras de l’étude, en suivant les conseils de leur médecin généraliste, 30% de ceux qui ont complété l’étude ont perdu 5% de poids ainsi que 22% de ceux qui ont arrêté en cours de route. Et 10% ont perdu 10% de leurs poids en complétant l’étude.

Au bout d’un an 42% des participants avaient quitté l’étude.

Ce résultat de perte de poids obtenu avec le programme Weight Watcher est moins important que ce qui a pu être obtenu au cours de l’étude Diabetes Prevention Program (-5,6 kgs  sur 2,8 années) ou au cours de l’étude Look Ahead (-8,6 kgs en un an), mais ces programme n’étaient pas mis en place à grande échelle .

En conclusion, le programme Weight Watcher, un programme facilement réplicable à grande échelle, fonctionne, en tout cas chez des personnes en surcharge pondérale ou obèse. 30% des participants ayant suivi le programme une année ont perdu 10% de leur poids et 60% ont perdu 5%. La durée de suivi reste faible puisque les résultats ne sont obtenus que pour une année or on sait que toute la difficulté est le maintient de la perte de poids sur plusieurs années.

Le rapport coût/efficacité du programme n’est lui pas évalué par l’étude. Il faut compter environ 40 euros par mois pour les réunions, plus si des entretiens individuels sont ajoutés. En plus de ces tarifs, les réunions inciteraient à acheter les produits alimentaires de la marque, livres de recettes et autres accessoires de cuisine. Le groupe revendique 25 millions de clients à travers le monde.

Source

Primary Care referral to a commercial provider for weight loss treatment versus standart care : a randomised controlled trial
Susan A Jebb, Amy L Ahern, Ashley D Olson, Louise M Aston, Christina Holzapfel, Julia Stoll, Ulrike Amann-Gassner, Annie E Simpson, Nicholas R Fuller, Suzanne Pearson, Namson S Lau, Adrian P Mander, Hans Hauner, Ian D Caterson
The Lancet, Early Online Publication, 8 September 2011

Crédit Photo Creative Commons by Cordey

 

 

 

Articles sur le même sujet