dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Attentats suicides en Irak : les civils sont les premières victimes

Les attentats suicides visant les armées de la coalition en Irak, coûtent la vie majoritairement à des civils, met en évidence une étude publiée dans le numéro spécial du Lancet dédié au 9/11.

Une étude ayant évalué les actes de terrorisme dans le monde de 1980 à 2003, mettaient déjà en évidence que les attentats suicides étaient la forme la plus meurtrière de terrorisme, en terme de nombre de victimes, tuant en moyenne, 12 personnes par attaque. En Irak, les attentats suicides apparus en 2003, sont décrit comme une arme de destruction massive. En 2009, les auteurs de cet article, de l’institut de psychiatrie du Kings Collège de Londres, avaient déjà mesuré que 9000 civils irakiens avaient péri dans 725 attentats suicides depuis 2003 : chaque attaque coutaient la vie à 20 civils, le taux le plus élevé d’aucune autre arme utilisée au cours de cette guerre. Lorsque ces attentats suicides visaient les forces armées de la coalition, une moyenne de 8 civils étaient également tués.

Le but de ce nouvel article était de mieux analyser les conséquences létales des attentats suicides.

Depuis 2003, date de l’entrée en guerre des Etats-Unis contre l’Irak sous le prétexte que Saddam Hussein détenait des armes de destruction massive, 225 789 civils irakiens ont été tués ou blessés. Ces tués et ces blessés sont référencés quotidiennement dans une base de données dénommée IBC, Iraq Body Count. Les attentats suicides ont causé 19% des victimes totales du conflit (42 928 personnes), parmi lesquelles 30 644 ont été blessés et 12 284 tués. 14% étaient des enfants et 11% des femmes. 14% des hommes tués étaient des policiers.

En 8 années de conflit, de 2003 à 2010, 1003 attentats suicides ont été commis, par un homme à pied (347-35%), en voiture (664-66%), en camion ou en minibus (49-5%), en scooter ou en vélo (15-2%), ou encore à l’aide d’un camion transportant de essence (6-1%). Si les attentats à pied sont plus meurtriers pour les civils que les attentats en voiture, ces derniers sont les plus meurtriers pour les enfants.

Au cours de la même période, de 2003 à 2010, 200 militaires de la coalition ont été tués par des attentats suicides en Irak, au cours de 79 attentats : 175 étaient américains, 16 italiens, 3 anglais, 4 bulgares, 2 thailandais.

Chaque attentat suicide a fait beaucoup plus de victimes civiles que de victimes militaires : 12 civils et 3 militaires sont tués en moyenne par chaque attentat. Les 3669 enfants victimes de ce conflit ont été principalement tués par des attentats suicides; lors d’un attentat, leur taux de survie est plus faible que celui des adultes. Pour les auteurs, ces données démontrent la nécessité d’accroitre la prévention, le suivi et la qualité des interventions de secours afin de réduire la mortalité liée aux attentats suicides en Irak.


Source

Casualties in civilians and coalition soldiers from suicide bombing in Iraq, 2003-10 : a descriptive study
Madelyn Hsiao-Rei Hicks , Hamit Dardagan, Peter M Bagnall,  Michael Spagat, John A Sloboda
The Lancet, Volume 378, Issue 9794, Pages 906 – 914, 3 September 2011

Crédit Photo Creative Commons by Al Jazeera English

Articles sur le même sujet