mercredi 28 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le stérilet réduit le risque de cancer du col de l’utérus

Des études épidémiologiques avaient déjà mis en évidence une réduction du risque de cancer de l’endomètre par les stérilets. Selon une étude publiée dans The Lancet Oncology, le stérilet pourrait également protéger du cancer du col de l’utérus. 

Au cours des 20 dernières années, l’IARC de Lyon (International Agency for Research on Cancer), en collaboration avec l’Institut Catalan d’Oncologie (Barcelone), ont mené des études sur le lien entre cancer du col de l’utérus, virus HPV et stérilet.

D’abord, des études sur le contamination des femmes par le virus HPV avaient été menées par l’IARC en 15 endroits du monde, au Vietnam, en Thailande, en Corée du sud, en Chine, en Mongolie, au Mexique, en Argentine, en Colombie,  au Chili, au Nigeria, en Espagne, et en Pologne, offrant une vision planétaire de la pénétration de cette famille de virus. Au cours de ces études, un entretien et un frottis cervical étaient réalisés ainsi qu’un test HPV auprès de femmes volontaires. 13 179 femmes furent retrouvées négatives pour les HPV et 2093 positives. En comparaison aux femmes négatives pour le HPV, les femmes positives pour le HPV étaient plus jeunes, avaient débuté leur vie sexuelle plus tôt, avaient plus de partenaires, et avaient eu moins de grossesses. Au total, 4,7% des femmes avaient un examen cytologique du col anormal (de 0,7% au Vietnam à 17% en Mongolie).

Et de 1985 à 1997, les mêmes équipes ont réalisé d’autres études dans 11 pays afin d’évaluer le risque de survenue de cancer du col de l’utérus. 2205 femmes ayant eu un cancer du col et 2214 n’en ayant pas eu, ont pu être incluses dans l’étude finale.

Grâce à ces différentes études, les scientifiques avaient assez de données pour évaluer l’influence du stérilet sur la survenue d’un cancer du col de l’utérus, en présence ou en l’absence d’une contamination par le HPV.

Les auteurs retrouvent une association inverse forte et consistante entre l’utilisation d’un stérilet et le risque de cancer du col, un risque réduit de moitié, -45% exactement :  autrement dit, un cancer du col survient moins 2 fois moins fréquemment chez les femmes chez qui un stérilet a été posé, en comparaison aux femmes qui n’en ont pas. Cette réduction du risque est retrouvée quel que soit le type de cellules cancéreuses (-44% pour les carcinomes épidermoïdes et -54% pour les adénocarcinomes).

La durée d’utilisation du stérilet au-delà d’un an, ne fait pas varier les résultats. Par ailleurs, le statut HPV n’influence pas ces résultats, et les femmes ayant un stérilet n’ont pas plus de contamination par un HPV. Ainsi, sachant qu’un lien formel existe entre HPV et cancer du col, il est possible que le stérilet réduise l’influence carcinogène du HPV (cependant les types de HPV ne sont pas identifiés et tous les HPV n’augmentent pas le risque de un cancer du col).

Cette réduction du risque de cancer du col par les stérilets en cuivre, suggère un effet protecteur du cuivre sur le développement des cancers : le cuivre pourrait induire une réaction inflammatoire chronique et stérile au niveau de l’endomètre et du col, modifiant, via l’immunité locale, l’influence pro carcinogène des virus HPV. Autre hypothèse, le fait de porter un stérilet accroît le nombre de visites chez un gynécologue et donc les chances de dépistage précoce d’un cancer.

Au total, cette étude balaye les hypothèses laissant à penser qu’un stérilet pouvait favoriser une infection par le HPV ou un cancer du col. Au contraire, il semble qu’un stérilet le réduise ! Ce résultat devrait maintenant être confirmé dans une étude prospective de long terme.

 Source

Xavier Castellsagué, Mireia Díaz, Salvatore Vaccarella, Silvia de Sanjosé, Nubia Muñoz, Rolando Herrero, Silvia Franceschi, Chris J L M Meijer, F Xavier Bosch
The Lancet Oncology, Early Online Publication, 13 September 2011

Crédit Photo Creative Commons by Ryan Somma

 

Articles sur le même sujet