samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

25% des femmes souffriraient de douleurs vulvaires, les vulvodynies

Pour près de 25% des femmes, les douleurs chronique de la vulve seraient si importante qu’elles rendraient les rapports sexuels impossible et que même le simple fait de s’assoir serait douloureux.

Ce résultat est le fruit d’une étude réalisée par l’université du Michigan dans le métro de Detroit (USA), auprès de 2269 femmes. Ces douleurs sont provoquées par le vélo, l’utilisation de tampons, les rapports sexuels ; elles deviennent chez certaines chronique (une des femmes interrogée avouait en souffrir depuis 40 ans) et 2% des femmes prennent même un traitement pour soulager la douleur.

Les douleurs vulvaires se caractérisent par une sensation de brulure, une irritation, un point douloureux aigu en général proche de l’orifice vaginal mais la douleur peut aussi diffuser vers l’anus ou la vessie. Si certaines femmes ne témoignent que d’un léger inconfort, d’autres disent ressentir une douleur à type de coup de poignard, une sensation du “vulve à vif”. 9,2% des femmes témoignaient avoir mal au moment de l’interview. 17,9% disaient en avoir souffert par le passé.

Parmi celles qui présentaient toute la symptomatologie d’une vulvodynie, moins de 2% avaient reçu un diagnostic de douleur vulvaires, d’autres ont longtemps été mal diagnostiquées recevant soit un traitement anti-infectieux soit un traitement oestrogénique qui ne les avaient pas soulagées.

“Avec ces résultats, nous comprenons mieux combien ce trouble est répandu et quel type de femmes sont à même d’en souffrir. Il sera ainsi plus facile aux méedcins de poser un diagnostic précoce et de proposer un traitement si nécessaire” explique le Dr Barbara Reed, principale auteur de l’étude.

Source

 Prevalence and demographic characteristics of vulvodynia in a population-based sample
Barbara D. Reed, Siobán D. Harlow, Ananda Sen, Laurie J. Legocki, Rayna M. Edwards, Nora Arato, Hope K. Haefner.. American Journal of Obstetrics and Gynecology, 2011

Pour en savoir plus, voir le site internet de l’université de Montréal

Crédit Photo Creative Commons by incurable_hippie

 

 

 

 

 

 

 

Articles sur le même sujet