samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les primes offertes aux médecins généralistes n’améliorent pas la prise en charge des patients

Les études menées ont échoué à montrer un quelconque intérêt des primes financières offertes aux médecins généralistes dans le but d’améliorer la prise en charge des patients conclue une revue Cochrane. Les revues Cochrane sont périodiquement publiées et mènent des études « bilan » afin d’évaluer l’intérêt d’un dispositif ou d’un médicament selon le concept de  « la médecine basée sur les preuves »

Les auteurs de l’analyse ont recherché l’ensemble des études publiées dans la littérature médicale ayant évalué l’impact des primes financières accordées aux médecins généralistes sur la qualité des soins reçu par leurs patients. Pour mener leur étude, les auteurs ont recueilli toutes les études publiées dans la littérature médicale retraçant l’efficacité des incitations financières introduites aux Etats-Unis, en Australie en Angleterre, ou ailleurs. Malgré les milliers d’incitations financières mises en place, seulement 7 études sérieuses ont été retrouvées répondant aux critères sélectifs de la banque de donnée Cochrane (Cochrane Database of Systematic Reviews).

Six études montraient certes une modeste amélioration et une étude ne montrait aucun effet. Cinq études avaient été menées aux Etats-Unis, évaluant les incitations financières mises en place par des assurances privées, une étude avait été réalisée en Angleterre évaluant une amélioration du salaire des médecins généralistes en fonction de la prise en charge des patients, et une dernière en Allemagne, évaluait l’intérêt de financer les médecins qui réussissaient à faire arrêter de fumer leurs patients.

Les incitations financières pouvaient être fixées par patient, par objectif atteint par patient, ou par une augmentations de salaire. Les objectifs à atteindre comportaient l’arrêt du tabac, le dépistage du cancer du sein, la prise en charge du diabète, la vaccination d’enfants, le traitement de l’asthme…

Les auteurs mettent en garde les acteurs de santé publique : ils leur demandent de bien réfléchir aux règles de versement des primes si leur objectif est véritablement d’améliorer la prises en charge des patients. En effet, ils ne retrouvent rien de solide, juste « un effet modeste et variable” sur la qualité des soins prodigués par les médecins. Un effet n’a été retrouvé que pour une minorité de mesures comme l’aide au sevrage tabagique

Les auteurs concluent que “l’utilisation d’incitations financières dans le but de demander aux praticiens d’améliorer la qualité des soins est un phénomène qui s’accroît. Cependant, aucune étude ne soutient ou ne soutient pas cette option. La mise en place de telles pratiques doit donc être faite avec précaution»

Selon Clare Gerada, porte-parole du Collège Royal des Médecins Généralistes Anglais (UK Royal College of General Practitioners), “Ces incitations financières perdent rapidement de leur valeurs. Nous devons être attentifs à leur utilisation qui modifie les comportements et plutôt donner aux médecins, le temps, l’espace et la capacité d’apporter les meilleurs soins possibles à leurs patients ».

Donald Berwick, administrateur du Medicare aux Etats-Unis est d’ailleurs du même avis “Je ne pense pas que le moyen d’avoir de meilleurs médecins et de meilleures infirmières est de mettre de l’argent sur la table, je pense que les gens répondent à la joie, au plaisir du travail, à l’amour, à l’accomplissement personnel, à la connaissance, à l’appréciation, à la gratitude et au sein du travail bien fait. Je pense qu’il est bon de se sentir un bon médecin et encore meilleur, de se sentir un médecin meilleur ». Une phrase à méditer.

Source

Evidence is poor that financial incentives in primary care improve patients’ wellbeing, Cochrane review finds
Susan Mayor
BMJ 2011;343:d5682

Cochrane Database of Systematic Reviews
2011;9:CD008451

Crédit Photo Creative Commons by aranjuez1404

Articles sur le même sujet