samedi 1 octobre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

L’exposition à la lumières blanche des LED inhibe la mélatonine


Les ampoules de lumière blanche produite par des LED qui émettent la lumière selon une longueur d’onde plus courte,  inhibent de manière beaucoup plus puissante la sécrétion de mélatonine que les classiques ampoules orange-jaune, montre une étude publié dans la revue, the Journal of Environmental Management.

La mélatonine est l’hormone qui régule les rythmes circadiens, c’est à dire l’horloge biologique de l’être humain, influençant le cycle du sommeil et les autres rythmes circadiens.

L’exposition à la lumière produite par des LED (Light-Emitting Diode), les diodes électroluminescentes, supprime de manière 5 fois plus puissante la sécrétion de mélatonine que ne le fait la lumière orange-jaune issue des lampes à sodium. Pour le Pr Abraham Haim de l’université d’Haïfa, tout comme les polluants, il devrait exister une régulation pour la pollution liée à l’éclairage artificiel la nuit.

La lumière blanche des LED est en réalité une lumière bleue émise à une longueur d’onde de 440-500 nanomètres. Elle a pour effet d’agir directement sur la glande pinéale, située dans le cerveau, et de supprimer la sécrétion de mélatonine. Cette diminution de la production de mélatonine peut entrainer des troubles comportementaux, des troubles du sommeil et d’autres anomalies chez l’être humain. Le manque de mélatonine est par exemple incriminé dans la dépression saisonnière, fréquente dans les payx nordique au cours des longs hivers.

C’est la première fois que des scientifiques évaluent l’effet des différents types d’éclairage sur la sécrétion de mélatonine, en particulier les éclairages utilisés au sein des villes pour illuminer les rues, les boutiques, et les centres commerciaux.

Ils ont pris comme référence l’effet sur la mélatonine provoqué par les classiques ampoules orange-jaune anciennement utilisées dans les villes : les ampoules utilisées pour éclairer les stades inhibent de manière 3 fois plus importante la mélatonine, et les LED, 5 fois plus. Or actuellement, les LED sont de plus en plus utilisées partout, sous prétexte de modernisation et parce qu’elles consomment moins d’énergie.

Les scientifiques mettent donc en garde contre les répercutions que l’usage massif de ces lumières blanche au sein des villes aura sur les habitants. Le premier pas, selon les scientifiques, est de prendre conscience qu’il existe une véritable pollution lumineuse, afin de réduire l’utilisation des lumières blanches et de la sur illumination des villes.

Source

Limiting the impact of light pollution on human health, environment and stellar visibility
Fabio Falchi, Pierantonio Cinzano, Christopher D. Elvidge, David M. Keith, Abraham Haim
Journal of Environmental Management, 2011; 92 (10): 2714-2722

Crédit Photo Ceative Commons by Stuck in Customs

Articles sur le même sujet