“Les origines du Sida”

Le sida aurait pu ne jamais exister. Il aura fallut d’incroyables concours de circonstances et de compromissions pour en arriver à la plus vaste pandémie que le monde ait jamais connu, faisant 62 millions de victimes décédées ou encore en vie, depuis sa reconnaissance au cours des années 1980.

Nous sommes en Afrique, il y a 90 ans, dans une zone contrôlée en partie par la France et pour l’autre par la Belgique, en un lieu proche de la rivière Sanaga et de la rivière Congo. Au début de l’histoire, il n’y a que quelques singes et chimpanzés, quelques prostituées, des bouchers-chasseurs, des seringues en verre et un tonton Macoute trafiquant de plasma, des médecins coloniaux pétris de bonté et quelques hauts fonctionnaires haïtiens. Ces quelques acteurs, vont changer le cours de l’histoire. Cette histoire, c’est celle que raconte dans son ouvrage ‘The Origins of Aids” (édition Cambridge University Press), le Dr Pépin, un spécialiste des maladies infectieuses qui travaille actuellement au Québec à l’université de Sherbrooke.
Le Dr. Jacques Pépin connait bien le virus du sida, depuis ses débuts. Il en a vu et étudié les effets sur ses patients africains, il en a suivi les publications, et l’à pisté à rebours remontant à travers les archives coloniales la piste d’éventuels facteurs amplificateurs. Jaques Pépin démontre comment au début du XXe siècle, la politique coloniale de la France et de la Belgique permettent à un virus qui infectait tranquillement une petite tribu de chimpanzés, de se transmettre d’abord à quelques chasseurs de brousses pour parvenir en moins de 100 ans jusqu’aux bars gay de San Francisco, grâce, il est vrai à quelques facteurs d’amplifications : une campagne d’éradication de brousse, un quartier de prostitution, un centre de traitement du plasma en Haïti, et enfin le tourisme sexuel gay.

Dans les années 1980, Jacques Pépin travaillait à Nioki, l’ex Congo Belge des aventures de Tintin, devenu depuis la République Démocratique du Congo après avoir été un temps, le Zaire. Là, il traque la maladie du sommeil. Et c’est ce travail en Afrique qui, des années plus tard, lui a fourni les pistes à explorer : lui-même, alors qu’il vaccinait ou prélevait du sang à des patients africains utilisait une seringue en verre, qu’il aurait du régulièrement stériliser. Mais la stérilisation était électrique et le courant capricieux. Evidemment, il a pu contaminer certain de ses patients. Et plus tard, alors qu’il travaillait en Guinée Bissau, il a pu constater que le second virus du Sida, le HIV2 circulait énormément, et de nombreuses patients porteurs de ce virus étaient âgées. Si les jeunes, contaminés mourraient, comment d’aussi nombreuses personnes  âgées avaient-elles pu être contaminées? Il y avait donc d’autres voies de transmission que le sexe. Le coupable probable? Les colonisateurs blancs, des docteurs Schweitzer qui ont transformé l’Afrique en terrain de jeux de la vaccination à la seringue unique, une aiguille pour des milliers de braves indigènes. Il était important de leur apporter les progrès médicaux de notre civilisation. Dans les années 1960, les vaccins contre la lèpre, la syphilis, le pian, et toutes les autres injections possibles et imaginables leurs sont infligés, comme des antibiotiques ou des vitamines.

En 2005, Pépin démontre dans une étude que les africains de plus de 55 ans qui ont eu de nombreuses injections dans leur enfance ou qui ont été circoncis par une lame commune sont plus fréquemment infecté par l’hépatite C et le virus HTLV, un virus simiesque qui infecte les cellules CD4 comme le sida mais quei ne cause pas (par chance) de maladie chez l’homme.
Autre piste dont le suivi a apporté des résultats est celle des tissus et du sang provenant de patients africains, congelés dans des hôpitaux en Europe qui permettent de remonter jusque dans les années 1950. Ce sang, qui contient des sous-types de virus HIV permettent de tracer une carte extrêmement complexe des sous-types du virus HIV infectant l’homme, le virus petit à petit devenant de plus en plus agressif. Par exemple en Afrique du sud, les noirs et les blancs sont contaminés par un sous-type différente du virus HIV, ce qui est logique : “les blancs homosexuels ont rarement des rapports sexuels avec des hétérosexuels zoulous” précise le Dr Pépin. A chacun son virus : c’est le virus des homosexuels blancs d’Afrique du sud qui est aussi celui retrouvés chez les homosexuels européens et américains.

L’ancêtre du virus du sida est le virus d’un chimpanzé nommé pan troglodyte troglodyte, qui vit entre la rivière Sanaga et la rivière Congo ; ce virus est né d’un mélange de virus qui infectaient le mangabey et la guenon à moustache.
Dans leur milieu naturel, 6% des singes troglodytes sont infectés. Au sein d’une tribu, chaque femelle copule avec de nombreux mâles, mais ces copulations se font rarement avec les plus faibles, les singes infectés ne contaminaient jamais le groupe dans son ensemble.
Le HIV 1 possède 4 groupes génétiques, le groupe M,N,O et P montrant qu’à 4 reprises le virus HIV1 est passé du chimpanzé à l’homme. Pourtant le groupe M représente 99% des virus contaminant l’être humain ; Pourquoi un des 4 groupes à disséminé autant et jamais les autres?

L’horloge moléculaire nous indique avec précision que le HIV1 du groupe M a rencontré l’homme en 1921. A cette date les fusils étaient du côté des blancs et les lances n’atteignaient jamais des chimpanzés trop agiles. Des bouchers-chasseurs prélevaient déjà à cette époque de la viande de brousse. En évaluant le nombre de ces bouchers-chasseurs décédés et le taux d’infection chez les infirmières contaminées par des seringues souillées, le Dr Pépin évalue qu’en 1920, 1350 bouchers-chasseurs avaient été en contact avec du sang de singe troglodyte. Avec 6% de singes contaminés, moins de 80 bouchers-chasseurs auraient pu être en contact avec le virus des troglodytes, et sur ceux-ci,  moins de 4% ont pu être contaminés définitivement par le virus, ce qui laisse 3 bouchers-chasseurs infectés dans les années 1920.
La voie de contamination sexuelle est alors possible mais peut-on passer par voie sexuelle seulement de 3 à des millions aujourd’hui? Non, en plus la voie sexuelle est capricieuse. L’infection n’est “heureusement” pas la règles, des couples dont un des deux est contaminé par le HIV, ont eu des rapport sexueles pendant des mois sans que le partenaire ne soit contaminé (mettez quand même des préservatifs à CHAQUE fois NDLR). Trop aléatoire pour le Dr Pépin. En revanche, la voie sanguine elle, pardonne peu , elle est 10 fois plus efficace que la voie sexuelle.
Les années 1920 voient l’apparition d’une invention qui va permettre au virus de diffuser plus qu’il ne l’aurait espérer, la seringue en verre. C’est le moment pour les puissances coloniales d’éclairer de leur supériorité leurs territoires africains et de débuter de vastes campagnes de vaccination : un africain à cette époque pouvait recevoir jusqu’à 300 injections au cours de sa vie, largement suffisant pour le virus pour atteindre l’ensemble du continent.
Ainsi de quelques bouchers-chasseurs, le virus du groupe M a pu diffuser allentour. Il lui manquait quelques caisses de raisonnances. Elles étaient toutes proches, Leopoldville (Kinshasa) du côté Belge, et Brazzaville du côté Français. C’est là que les premier échantilons sanguins congelès en 1959 témoignent déjà d’hommes contaminés par le virus du sida.
Ces deux avant-postes au bord d’une rivière n’étaient pas les villes grouillantes que l’ont connait aiujourd’hui. Les sujets noirs ne pouvaient y entrer que s’ils avaient un travail et les femmes noires qui vivaient dans ces villes étaient des “femmes-libres” qui avaient fui la polygamie campagnarde pour tomber en ville dans la prostitution : elles vivaient à leur compte, entretenues par 3 ou 4 clients. Les autorités toléraient.
Ces femmes libres avient peu de partenaires, le virus ne pouvait exploser, cependant quelques épidémies d’hépatites sont notées, un occasion dans les cliniques qui reçoivent ces femmes libres de leur faires quelques injections de pénicilline.
Dans les années 1960, tout change . Les drapeaux de l’indépendance se hissent, la pauvreté explose. Des bars de prostitués se montent rapidement dans les 2 villes : des femmes sont obligées à plus de 1000 passes par an. Les traitements des maladies vénériennes ont disparus. C’est dans ce milieu de la prostitution que l’explosion virale a lieu 10 ans plus tard : Un exemple, en 1981, 5% des prostituées de Nairobi sont contaminées, et seulement 3 ans plus tard, elles sont 82 %. L prostitution a bien joué un rôle amplificateur au niveau local.

Les autorités belges au Congo n’ont jamais voulu d’une élite noire. Au cours de la période de colonisation par la Belgique seulement 20 congolais noirs obtiennent un diplôme universitaire. Pour remplir ce vide d’élite, les Nations Unis envoient sur place des Haïtiens ; 4500 répondent à l’appel de l’ONU. Ils parlent français, sont noirs, éduqués, parfaits pour le Congo.
Du groupe M de virus HIV, il existe deux sous groupes principaux, le sous groupe A et le sous groupe K.
L’épidémie de HIV qui va frapper Haïti est un virus du groupe M certes, mais un sous groupe B, qui représente moins de 1% des cas de contamination en Afrique centrale. Cela suggère à nouveau qu’un facteur amplificateur est intervenu entre l’Afrique centrale et Haïti. L’horloge moléculaire du virus HIV indique que la traversée de l’atlantique vers Haïti s’est faite en 1966.

Encore une fois, pour que le virus s’assure un expansion rapide en Haïti, le sexe ne peut être la cause invoquée. Un autre facteur est intervenu. Pour le Dr Pépin, le coupable est le centre de plasma « Hemo-Caribbean » de Port-au-Prince qui a opéré entre 1971 et 1972, avec un degré d’hygiène connu pour être des plus faibles.
Les centres de traitements sanguin ont fait la preuve de leur culpabilité dans la dissémination du virus HIV, au Mexique, en France, en Espagne, en Inde sans oublier la Chine où 250 000 paysans ont été contaminés.
Un des propriétaires du centre « Hemo-Caribbean » est Luckner Cambronne, le leader des redoutés Tontons Macoutes, la police secrète d’Haïti à cette époque. Il a un surnom, le “Vampire des Caraïbes,” parce que Mr. Cambronne, a saigné des milliers de paysans payés 3 dollars par jour pour obtenir 6000 litres de sang qu’il exportait chaque mois…aux Etats-Unis à New York.

Haïti était aussi une des destinations favorites des homosexuels américains adeptes du tourisme sexuel ; de nombreux locaux acceptaient les faveurs pécuniaires des jeunes blancs gays américains. Dès le début des années 1980, le sous groupe B du virus tuait à la fois des américains homosexuels et des américains hémophiles , il avait réussi à rentre dans les deux voies de transmission, le sang et le sexe. L’explosion mondiale du HIV pouvait débuter.

Source


The Origins of Aids

Jacques Pépin
Cambridge University Press
Octobre 2011

Chimp to Man to History Books: The Path of AIDSDONALD G. McNEIL Jr.
October 17, 2011

5 thoughts on ““Les origines du Sida”

  1. Réponse au Dr Pépin
    Je voudrais, moi également, féliciter Dr Pépin pour sa contribution colossale qui, enfin, a fait jaillir la lumière sur la nébuleuse origine du SIDA et sur son mécanisme de transmission jusqu’ici indéchiffrable. Finalement, l’humanité est face à la brebis galeuse qui a contaminé tout le troupeau. Le corps médical, ainsi que les chercheurs de tous les acabits qui se sont cassés le nez dans la recherche de la clef de voûte de ce mystère peuvent pousser un «ouf» de soulagement et prendre un répit bien mérité.
    D’ après le Docteur Pépin, la première transmission du SIDA, de l’animal à l’homme, remonte dans les années 20 en Afrique centrale. Par après la maladie s’est propagée par le biais des injections pratiquées sur les africains par les bienfaiteurs occidentaux, les aiguilles n’étant pas stérilisées et étant réutilisées pour plusieurs patients. Puis dans les années 60 des intellectuels haïtiens, venus au Congo pour aider leurs frères et sœurs africains dans le cadre d’un programme de l’UNESCO, sont infectés. Ils ont donc établi un pont entre l’Afrique, bastion de la maladie et Haïti (Amérique). Ainsi, la maladie se propage très rapidement, les haïtiens venus d’Afrique contaminent des prostituées qui, à leur tour, contaminent des touristes américains et le sida s’étend par toute la terre. Si l’on se fie à ces explications simplistes Jusque-là ca a du sens. Non ?
    Cependant, ma conscience me tiraille. Face à cette supposée vérité scientifique et une foule d’interrogations surgissent dans mon esprit. D’après les documents de l’époque, nous savons tous que le personnel médical qui desservait l’Afrique n’était pas plus protégé que les patients qu’il soignait. Alors, par quel mécanisme miraculeux aucun d’entre eux n’a été contaminé pendant prés de 50 ans de service en Afrique? (que ce soit par piqûre accidentelle des fameuses aiguilles ou même par voie sexuelle)
    L’Afrique, de la première moitié du 20e siècle, était une destination de choix pour tous les types d’aventuriers. On y rencontre d’abord, des touristes venus nous voir, nous les sauvages parmi d’autres animaux majestueux de la faune africaine, ou simplement découvrir un nouveau monde, une nouvelle flore et j’en passe. On y rencontre ensuite des chasseurs avides de sang et de renom qui poussés par leur instinct primaire, parvinrent sur notre continent après de longs voyages au prix exorbitant, pour le plaisir de venir abattre un lion, un éléphant, etc. On y rencontre aussi des explorateurs, que dis-je? Des pilleurs, des vandales animés d’une avidité rapace. Ils arpentaient nos forets, suivaient nos rivières à la recherche de richesses. Pendant plus de cinq décennies, ces gens, non plus, n’ont pas été contamines?
    Enfin l’Afrique centrale était envahie par les puissances colonialistes belges, allemands, Néerlandais, etc. Elles y débarquèrent avec leurs armées, leurs fonctionnaires et leurs colons. Exception qui fait naître la règle, ces mercenaires, ces malfrats ont aussi été épargnés, car ils adaptaient une conduite exceptionnelle, ils n’ont jamais osé toucher aucune de nos filles. Quelle courage firent montre ces fieffés violeurs et homosexuels ! En Afrique seulement, les corrompus de l’Occident ont été de bonne mœurs. Leur conduite exemplaire les a sauvés face au Sida. Par quelle intuition ils avaient pu s’abstenir de la débauche et se sont échappés belle du fléau?
    N’ayant trouvé aucune chance que les occidentaux l’attrapent et le transportent avec eux, le sida a dû attendre près de 60 ans pour trouver l’agent propagateur dont il avait besoin pour entamer son périple planétaire: l’homme haïtien, le nègre déporté il ya 500 ans revenir chez les siens pour donner sa contribution dans l’apprentissage de la liberté à ces nations naissantes. C’est lui dans son éconduite qui est responsable de la propagation du mal. C’est lui, le nègre d’Haïti, lui le vecteur maléfique. Son sang de nègre fut compatible à la maladie, il l’a attrapé et l’a transporté en Amérique.
    Dr Pépin, avez vous des documents sur l’identité de cet Haïtien-vecteur-du-mal? Parce que pour être autant applaudi par ton peuple et ta race vous avez dû faire un travail de titan. Il n’y a donc pas de doute qu’après tant d’années de travail vous avez les moindres preuves passées à votre peigne fin de chercheur. Comment expliquez-vous que vos parents européens et américains fussent immunisés, eux qui vandalisaient nos filles, eux qui nous enseignaient la débauche et l’homosexualité. Comme Achilles, ont-ils été plongés dans les eaux du Styx pour sortir sain et sauf de l’Afrique?
    Dans les années 70, Haïti était l’une des destinations touristiques les plus prisées des Caraïbes, ses restaurants et plages ont été fréquentés par des français, des américains, des canadiens. Nous avons été le refuge de beaucoup de juifs (errants), le sanctuaire de commerçants arabes et syriens. Quelle exactitude vous faites preuve en précisant que c’est un touriste américain qui fut le premier contaminés par les prostituées haïtiennes ?
    Ma race, mon peuple et moi, nous aurons la patience et l’humilité de faire face à vos arguments si la neutralité scientifique et l’impartialité sont au rendez vous. Autrement, votre livre sera l’un des reliques sordidement racistes qui gisent dans les rayons des bibliothèques occidentales. Depuis les années 80, des scientifiques chevronnés, des apprentis sorciers ainsi qu’une certaine presse propagandiste ont toujours essayé sciemment d’associer sida, singe, africain et Haïtien au point qu’en Amérique l’on désignait le sida sous le vocable de 4H. Vous vous souvenez ? Homosexuels, hémophiles, héroïnomanes et haïtiens. L’Occident chrétien a été tellement saint et propre qu’une américaine avait même déclaré lors d’une interview : Cette maladie affecte des hommes homosexuels, des drogués, des Haïtiens et des hémophiles ; grâce à Dieu, elle ne s’est pas encore propagée parmi les êtres humains.
    S’il s’avère que nous avons commis des homicides involontaires dans le cas de la propagation du SIDA, nous présentons à l’humanité, dans la plus grande humilité les sincères excuses qui lui sont dues. Toutefois cette responsabilité présumée est loin d’être une culpabilité. D’ailleurs, les aiguilles qui ont propagé le mal par mégarde ou sciemment ne venaient pas de l’Afrique, ni les mains qui les ont manipulées. Nonobstant notre responsabilité malgré nous, l’humanité saura nous absoudre, car nous n’avons jamais été responsables d’aucun des fléaux qui l’ont ravagée et qui continue de la défigurer.
    Cette race qui est la mienne n’a jamais piétiné les droits des peuples dans l’esclavage, la déportation, l’invasion, la colonisation. Nous n’avons été à la base, ni du nazisme, ni du capitalisme, ni d’aucun des conflits mondiaux. Nous n’avons fait ni Hiroshima ni Nagasaki, nous n’étions parti d’aucun plan de terreur. Nous n’avons dressé aucun mur de honte et ironie du sort nous ne fabriquons pas d’armes. Cependant une bataille sans merci nous est livrée sur tous les fronts simplement parce que nous avons la couleur de la terre, parce que nous avons levé la tête pour poser unanimement à l’Occident très chrétien la question qui éclate ses tympans : Ne suis-je pas un homme et un frère ?

    Point n’est besoin de s’étonner si la rhétorique du début des années 80 refait surface. Nous sommes la race de tous les combats, depuis 1503, nous supportons les assauts de l’occident et le courroux de la nature, occupations, colonisation, esclavage, discrimination… n’ont pas pu nous anéantir. Ils ont passé et nous sommes encore là. Votre livre passera et nous serons encore là bien vivants.

  2. Il y a des blancs, des choses que je ne saisis pas
    Comment se fait il que le,virus du singe,présent depuis des millénaires chez cet animal , soit passé chez le chasseur de brousse seulement en 1921?
    en disant qu il etait impossible d atteindre un singe avec une lance d africain vus sous entendez que depuis des millénaires l homme africain n a jamais chassé le singe donc manger sa viande.
    c est une ineptie, pour chasser le singe l africain est probablement tres doué, des siècles de techniques derrière lui.
    D autre part vous estimez donc qu en 1920 3 chasseurs sont infectés par le VIH, et que par vaccinations successives par la meme seringue le virus se soit propagé au continent ( ce qui semble en revanche crédible). Or a probabilité pour que ces 3 chasseurs contaminent le reste de la population car vaccinés sont faibles.
    On devrait plutot accepter l idée que le virus du singe soit passé a l homme de brousse plusieurs fois durant des siècles mais que du fait de l isolement environnemental le virus soit mort avec son hote.
    On peut aussi emettre l hypothèse que le virus ,bien qu ayant muté du passage du singe a l homme , n ait pas été aussi virulent et contagieux, et que c est en passant dans les seringues donc les differents systèmes immunitaires qu il s est renforcé pour devenir un monstre indestructible et transmissible par le sexe.
    sur ce dernier point je n ai cela dit aucune compétence , je ne sais pas si un virus peut devenir pathogène par evolutions successives ou s il l est des le debut, après franchissement de la barrière de l espèce;
    Bref on ne sait toujours pas quand ,comment et pourquoi le virus est passé du singe a l homme mais on peut en tout cas dire que si l apparition de la pandémie coincide avec la XX ème siècle c est qu il y a des facteurs socio économiques ( deforestation,urbanisation,sexualité) et médecinaux en cause, tres probablement .

  3. Nous ne pouvons reprendre toutes les données de l’ouvrage dans l’article, mais vous aurez des réponses à toutes vos questions en lisant ce livre
    Merci de votre commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *