mardi 27 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Comment le python pourrait aider la cardiologie humaine?

Les pythons sont des serpents qui asphyxient leurs proies pour les tuer. Ils sont capables d’engloutir alors des animaux aussi gros qu’eux, alligator, antilope…sachant que certaines espèces de python peuvent atteindre près de 100 kilos. Autre fait remarquable, c’est la physiologie qui accompagne sa digestion. Seulement quelques jours après l’engloutissement de la proie, le coeur du python est capable de doubler de volume et d’augmenter son poids de 40%, le métabolisme des lipides et des glucides explose. Une fois la digestion achevée, en quelque jours tout revient à la normale. Après de tels repas, certains pythons peuvent rester jusqu’à un an sans se nourrir.

Quel intérêt pour la cardiologie humaine? Justement, l’homme lui aussi peut subir un dilatation de son coeur, en particulier lors d’une insuffisance cardiaque. Mais cette dilatation est pathologique et si, grâce à quelques médicaments, on peut en contrôler un temps les conséquences délétères, on ne sait pas enrayer le processus. en revanche, cette dilatation du coeur du python qui ne possède que 3 chambres contre 4 pour l’homme est comparable à l’hypertrophie du coeur humain obtenu par les sportifs de haut niveau.

Dans la revue scientifique Science, des scientifiques du Colorado, croient avoir compris le processus permettant au python de faire grossir puis maigrir son coeur. Ils démontrent tout d’abord que c’est en élargissant ses cellules que le coeur du python augmente de taille et de poids, pas du tout en créant de nouvelles cellules. Mais surtout ils ont identifié la substance qui permet cet élargissement cellulaire massif. Au cours de sa digestion, le sang du python se charge progressivement d’un plasma très riche en acides gras et en lipides extraits de sa proie, une concentration qui peut augmenter d’un facteur 50.

Pour le confirmer, les scientifiques ont injecté cette combinaison d’acides gras à un python à jeun. Effectivement, son coeur se met rapidement à grossir. Quel serait l’effet de ces 3 acides gras sur un mammifère? Les scientifiques ont injecté ces 3 acides gras  à une souris. Son coeur a grossi de manière similaire à celui du python

Mais, qu’est ce qui était assez puissant dans ce plasma pour provoquer l’hypertrophie des cellules cardiaques? Les scientifiques ont identifié que c’est une combinaison de 3 acides gras qui provoque l’augmentation de la taille du coeur, mais aussi d’autres organes tels que le foie, les reins et l’intestin. Mais attention, ces acides gras ne s’accumulent pas dans le coeur : ils activent des voies de signal cellulaire. Les 3 acides gras identifiés sont l’acide myristique, l’acide palmitique et l’acide palmitoleique. Un acide gras seul ne fait rien, pas plus que deux. C’est la combinaison des 3 qui déclenche l’hypertrophie.

Une autre question taraudait les scientifiques : un coeur humain exposé à une quantité d’acide gras et de lipides aussi important  que celui dont se charge le sang du python provoquerait rapidement des dépôts de graisses catastrophiques ; comment fait le python pour s’en protéger? Là aussi les scientifiques ont trouvé : le python protège son coeur grâce à une enzyme antioxydante, la superoxyde dismutase.

L’équipe du Pr Leinwand, auteur de la publication parue dans Science, va poursuivre ses recherches sur les pythons. De nombreux points restent à éclaircir avant d’imaginer que certaines découvertes faites chez les pythons puissent aider à soigner des patients insuffisants cardiaques. Les études prochaines seront financées par une biothec Hiberna Corp., preuve que certains y croient.

Source

Fatty Acids Identified in the Burmese Python Promote Beneficial Cardiac Growth
Cecilia A. Riquelme , Jason A. Magida,Christopher E. Wall,Thomas G. Marr,Stephen M. Secor,Leslie A. Leinwand
Science 28 October 2011: Vol. 334 no. 6055 pp. 528-531

Crédit Photo Python_natalensis_constricts_a_goat,_Zimbabwe.jpg‎ (711 × 560 pixels, taille du fichier : 191 Kio, type MIME : image/jpeg)

Articles sur le même sujet