Mardi 21 octobre 2014

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Newsletter

ChargementChargement


Jouer au foot peut altérer les capacités cérébrales et mentales

Que se passe t-il dans la tête d’un joueur de foot qui tape souvent la balle avec la tête. Y-a t-il des conséquences sur le cerveau? 

Pour le savoir, des scientifiques de  l’Albert Einstein College of Medicine de New York ont recruté 34 adultes , des hommes et des femmes qui jouaient au football ou qui y avaient joué dans leur enfance. Grace à un questionnaire dvelopé pour l’occasion, les scientifiues ont déterminé la fréquence des coup de tête donné dans un ballon par chacun des joueurs. des tests de connaissances et de mémoires ont ensuite été menés, et l’activité cérébrale des participants évaluée conjointement à ‘aire d’une technique d’imagerie cérébrale IRM spécifique. Les résultats de cette recherche ont été présentés au Congrès de la société Radiologique d’Amérique du Nord en novembre 2011. Les joueurs qui avaient touché le ballon rond plus de 1100 fois de la tête dans les 12 derniers mois présentaient une perte importante de substance blanche au niveau cérébral  : la substance blanche onstitue la partie interne du cerveau, principalement composé des axones myelinisés des neurones. Elle relie différentes aires de la substance grise où se situe les corps cellulaires des neurones.

Les parties de substance blanche touchées étaient celles impliquées dans l’apprentissage, la mémorisation, et le processus d’information visuel. D’ailleurs, les participants chez qui ces lésions ont été identifiées avaient des moins bons résultats à différents tests comme se rappeler d’une liste de 10 mots. Cette atteinte de la substance blanche est “similaire à ce qui est vu au cours des traumatismes cérébraux” expliquaient encore les auteurs.

Cette étude n’est pas la première à incriminer le jeu de la tête au football dans la génèse de dététrioration cérébrales.

Tysvaer AT du département de neurochirurgie de l’université d’Oslo avait retrouvé en 1991, en analysant 37 joueeurs de football dé l’équipe nationale Norvégiene, que 81% montraient des troubles modérés à sévères de l’attention, de la concentration, de la mémoire, et du jugement.

Et en 2010, Elizabeth Larson, chercheur à l’Humboldt State University en Californie, montrait également que les joueurs utilisant le plus leur tête avec le ballon au cours d’une saison, subissaient au cours de cette période, une altération de leurs test d’évaluation de la mémoire visuelle,  une activité cérébrale justement située à l’endroit où frappe la balle lorsque le joueur veut la frapper correctement. La première étude menée à l’aide d’IRM retrouvait justement que le lobe frontal, et les régions temporo-occipitales étaient les zones les plus touchées par l’impact d’un ballon.

Donc frapper une balle de la tête plus de 1000 fois par an semble entrainer une contusion cérébrale qui peut handicaper le joueur. toutefois ces évaluations reposent sur des études menées chez les adultes. Qu’en est-il des enfants? Plusieurs consensus recommandent aux enfants de moins de 12 ans de ne pas utiliser la tête au football. Un conseil à diffuser dans les clubs?

Source

Heading’ a Soccer Ball Could Lead to Brain Injury
Namhee Kim, Ph.D., Molly Zimmerman, Ph.D., Richard Lipton, M.D., Walter Stewart, Ph.D., Edwin Gulko, M.D., and Craig Branch, Ph.D
RSNA 2011

Soccer injuries to the brain. A neuropsychologic study of former soccer players.
Tysvaer AT, Løchen EA.
Am J Sports Med. 1991 Jan-Feb;19(1):56-60.

A comprehensive prospective analysis of soccer heading among male and female collegiate soccer athletes
Larson, Elizabeth Anne
Humboldt State University, Kinesiology, 2011

A New Worry for Soccer Parents: Heading the Ball
Gretchen Reynolds
NYT, 7 december 2011

Crédit Photo Creative Commons by US Army Africa

 

Articles sur le même sujet