dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Nom d’une PIP! Le monde s’interroge sur la sécurité des prothèses mammaires made in France

Les inquiétudes sur la sécurité d’emploi de prothèses PIP (pour Poly Implant Prothèse) s’est répandue dans plusieurs pays du monde alimentée par de nombreux médias français et internationaux.

Le problème essentiel révélé par ces prothèse a été l’utilisation dans les prothèse d’un gel de silicone impropre à une utilisation dans un dispositif médical, ce gel étant destiné à une utilisation dans des cuisinières et des ordinateurs. La raison de son utilisation aurait pu être la recherche d’un plus faible coût de production. Si l’agence du médicament Français a effectivement lancé une alerte en 2010, on peut s’interroger que la qualité des contrôles effectués par cet organisme comme par ceux des autres pays où elles ont été commercialisées, personne n’ayant visiblement vérifié la teneur exacte du liquide contenu dans les prothèses. Par ailleurs, il semblerait que ces prothèses aient, en France, un taux de rupture supérieur à la moyenne. On estime classiquement que 4% à 5% des prothèses mammaires se rompent. Ce taux de rupture serait plus élevé avec les prothèses PIP en France, environ 10%, une donnée non confirmée dans les autres pays ou ces prothèses ont été largement diffusées (1% en Angleterre).

Actuellement, on s’interroge en France sur un lien possible entre prothèses mammaires et cancer, un certain nombre de cas ayant été signalé. Gardons cependant à l’esprit que la pose d’une prothèse mammaire n’empêche pas la survenue de cancer du sein et qu’il est donc scientifiquement normal qu’un certain nombre de femmes porteuses de prothèses développent un jour un cancer du sein sans pour autant qu’ils ne soient causés directement par ces prothèses. Il serait nécessaire de connaitre le type histologique des cancers dont on parle et réaliser une évaluation au minimum cas-contrôle, comparant le risque de survenue de cancer du sein chez des porteuses de prothèses en comparaison au risque de survenue de ce même type de cancer chez des non porteuses. Peu d’études existent à ce jour mettant en avant un risque de cancer, une pourtant relie effectivement les prothèses mammaires à un cancer rare, le lymphome anaplasique à grandes cellules (Voir article Docbuzz).

Les prothèses PIP de fabrication française se sont écoulées au sein des marchés consommateurs de ce type de dispositifs : 300 à 400 000 unités auraient été vendues en Amérique du sud, au Venezuela, au Brésil, en Argentine, en Colombie, et L’Europe, en Grande-Bretagne, en Suède, en Allemagne, en Italie, soit environ dans 65 pays.

Les différentes agences gouvernementales en charge de la santé publique dans ces différents pays ne retrouvent pour l’instant aucune donnée scientifique valable pour que les femmes chez qui ces prothèses ont été implantées s’alarment. En particulier, aucun lien reconnu n’existe pour l’instant entre ces prothèses et un risque de cancer, et un risque potentiel de rupture n’a été mis en évidence dans aucun pays étranger. Une réunion d’une trentaine d’experts s’est tenu jeudi soir à l’Institut national du cancer (INCA) afin d’évaluer la dangerosité des implants. La France devrait émettre demain une recommandation aux patientes porteuses de ces prothèses.

Mais si aucun lien n’est officiellement reconnu entre cancer et prothèses, une étude publiée en 2011 révèle cependant un lien entre l’implantation de prothèses mammaires et un cancer rare, le lymphome anaplasique à grandes cellules (voir article Docbuzz). Et justement, une française porteuse d’une prothèse PIP est décédé d’un lymphome anaplasique à grandes cellules. Si huit autres cas de cancers, dont 5 cancers du sein, ont été mis en avant par le ministère de la santé français, il ne s’agirait pas de lymphome anaplasique à grandes cellules.

Source

French breast implant fears spread around world
Kate Kelland, Daniel Flynn
Reuters Thu Dec 22, 2011 5:39pm

Crédit Photo Creative Commons by San Diego Shooter

 

Articles sur le même sujet