lundi 5 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

“Le Mur”, ou la dramatique prise en charge de l’autisme en France

Le film « Le mur » réalisée par Sophie Robert, visible sur internet depuis le 8 septembre 2001, retrace les deux approches thérapeutiques de l’autisme. La première, l’approche comportementale, est celle pratiquée aux Etats-Unis. C’est l’approche thérapeutique suivie par un enfant autiste, Guillaume. La seconde approche, française, l’approche psychanalytique, est suivie par Julien, gardé en « asile » pendant 6 ans avant d’en « bénéficier ». Guillaume, est capable de suivre des cours de haut niveau à l’école. Julien, lui, reste enfermé dans sa pathologie et ses murs, hors de la société qui l’entoure.

Vous n’avez peut-être pas encore entendu parlé de ce film qui n’a été diffusé par aucune télévision. Il a pourtant traversé l’atlantique et le New York Times y consacre un article. Les 3 psychanalistes qui interviennent dans le film (Esthela Solano Suárez, Éric Laurent et Alexandre Stevens) ont porté plainte contre Sophie Robert, disant qu’elle avait déformé leur prise en charge, réclamant entre 300 000 et 384 000 euros de dommages et intérêts.

Sophie Robert présentera son film à Philadelphie le 27 janvier 2012. “Je n’aurait jamais imaginé ce que j’ai découvert” explique t-elle lors de son premier interview après la sortie de son film, “ce que j’ai entendu est juste incroyable” .

Selon Élisabeth Roudinesco, une psychanaliste de l’université Paris VII, dont les propos ont été repris dans l’article du NYT, “Le film n’est pas juste”, “il est fanatiquement anti-psychanalitique. Mais je ne pense pas qu’elle ait manipulé le film pour rendre les psychanalystes ridicules, je pense qu’elle a choisi de discuter avec des psychanalystes dogmatiques qui se rendent eux-même ridicules » (regardez le “test du crocodile” dans le film). Toujours selon le Professeur Roudinesco, ce n’est pas parce quelques praticiens fanatiques persistent dans la pensée que l’autisme est le fait d’une mère froide et frigide que toute une profession doit être décridibilisée.

Pourtant c’est bien là la racine du problème. L’approche américaine marque des points et met en avant des effets positifs pour les enfants autistes alors que l’approche française apparaît ancestrale et inefficace, restant enfermée dans les dogmes de l’école post-freudienne popularisée par Lacan, pour laquelle tous les problèmes mentaux, autismes compris, sont liés à un problème relationnel entre la mère et l’enfant.

“Parfois si une mère déprime quand elle est enceinte ou lors de la naissance, l’enfant peut devenir autiste” assène un des psychanalistes, lorsque qu’un autre prétend que les autistes sont “malades du langage, l’autisme étant un moyen de se défendre du langage”. Et ces théories psychanalityques sont celles en cours en France en 2011 ; “Et si vous refusez cette prise en charge, les services sociaux peuvent vous prendre votre enfant et le placer à l’asile” explique encore Sophie Robert.

Le conseil de l’Europe a décrété en 2004 que la France avait failli à ses obligations d’éducation envers les enfants autistes : seulement ¼ des autistes vont à l’école en France contre ¾ en Grande-Bretagne.

La France est très en retard face aux problématiques mentales des enfants, une faillite à l’image de celle de sa qualité scientifique et de sa prise en charge médicale. Si par exemple les enfants souffrant d’une hyperactivité et d’un déficit de l’attention sont pris en charge facilement aux Etats-Unis et peuvent recevoir un traitement médical, la plupart en France ne reçoivent même pas un diagnostic. La peur de médicaliser les enfants pourrait-il expliquer ce constat?

Pourtant, l’autisme deviendrait « grande cause nationale en France » en 2012 selon les propos de François Fillon à l’Assemblée Nationale. Actuellement 80% des enfants pris en charge en France le sont toujours par une approche psychanalytique. A quand le vrai changement ? Le jour où un véritable ministère de la santé impliqué dans la défense des soins de la population française verra enfin le jour ? Combien d’enfants auront payé de leur futur le dogmatisme psychanalytique français ?

Ajout ultérieur : suite à la décision du tribunal de Lille, le film “le Mur” qui dénonçait la destruction des autistes par les psychanalystes censés leur venir en aide, n’est plus visible. Nul doute que cette décision moyen-âgeuse sera le dernier mal fait par la psychanalyse à ces enfants. Le traitement psychanalytique de l’autisme a vécu. Il disparaitra bientôt.

Nous en avons retrouvé quelques extraits:

 

Source

 A French Film Takes Issue With the Psychoanalytic Approach to Autism
David Jolly, Stephanie Novak 
New york Times, January 19, 2012

http://fr-fr.facebook.com/note.php?note_id=288001047897220

Crédit Photo Creative Commons by iFireDesign

Articles sur le même sujet