mardi 6 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le vaccin contre la grippe H1N1 inefficace à réduire le risque d’hospitalisation chez les patients les plus à risque

Auparavant, il était estimé que le vaccin monovalent contre la grippe H1N1 avait une efficacité de 70% dans la population générale. Les  patients qui présentent un risque accru de pathologies sévères et de décès en cas de grippe sont une population pour laquelle la vaccination contre la grippe est très recommandée : il s’agit en particulier des patients atteint d’une ou plusieurs pathologies chroniques. Cependant il existe toujours peu de preuves de l’intérêt de cette vaccination anti-grippale dans cette population à risque. Une équipe danoise a donc profité du fait que les infections par la grippe H1N1 dans cette population ont été validé par des test biologiques et les hospitalisations répertoriées lors de la « pandémie  grippale» de 2009 pour analyser l’efficacité du vaccin contre la grippe H1N1. Le vaccin se montre bien décevant et en tout cas bien deça de ce qui est vanté par les autorités sanitaires.

L’objectif de l’étude était donc d’évaluer, chez des patients ayant une ou plusieurs pathologies sous-jacente qui les fragilisent en cas de grippe, si une vaccination contre le virus de la grippe, réduisait le risque de contamination et le nombre d’hospitalisation due à une complication grippale.

La population analysée était importante, regroupant 388 069 personnes dont 80% avait une seule pathologie sous-jacente. 20,6%, soit 79 988 personnes, ont reçu au moins une dose du vaccin anti-H1N1,  dont presque la moitié la première semaine où le vaccin était disponible : 40% d’entre eux ont reçu une double dose de vaccin anti-H1N1. En plus, la moitié avait également été vaccinée par le vaccin antigrippal saisonnier.

Est-ce que le vaccin a été efficace pour prévenir une infection par le virus H1N1 ?  799 personnes ont été testées positives pour le virus grippal pandémique H1N1 dont 718 étaient non vaccinés. Les scientifiques retrouvent une efficacité globale du vaccin à prévenir le risque d’infection par le virus H1N1 à 49% mais uniquement après le 14e jour post-vaccination. Le risque de contracter une infection grippale par le H1N1 était même augmentée au cours des 7 premiers jours suivant la vaccination en comparaison avec les personnes qui n’étaient pas vaccinées. Par ailleurs, les personnes ayant été vaccinées par le vaccin antigrippal saisonnier (qui ne contenait pas la souche anti-H1N1) avaient un risque d’infection par le virus H1N1 plus important que ceux n’ayant pas reçu le vaccin antigrippal saisonnier. Les analyses confirment que plus les patients ont de maladies chroniques sous-jacentes plus le risque d’infection par le virus H1N1 était important.

Le vaccin anti-H1N1 a-t-il été efficace pour éviter les hospitalisations liées à une complication d’infection par le virus H1N1 ? Parmi les 229 personnes hospitalisées, 188 n’étaient pas vaccinées par le vaccin anti-H1N1. Dans ce cas aussi, les scientifiques retrouvent un risque accru d’hospitalisation dans les 1 à 7 jours qui suivent la vaccination anti-H1N1, en comparaison avec les individus qui ne reçurent pas la vaccination anti-H1N1. Par ailleurs, aucune efficacité significative du vaccin n’est retrouvé ensuite pour la réduction du risque d’hospitalisation. Et dans ce cas aussi, ceux qui reçurent une vaccination contre la grippe saisonnière furent à plus grand risque d’hospitalisation que ceux ne l’ayant pas reçu.

En conclusion, le vaccin anti-H1N1, arrivé tard au cours de la pandémie grippale permettait de prévenir, avec une efficacité estimée à seulement 49%, des infections par la virus H1N1, mais n’avait pas d’efficacité pour réduire au sein d’une population à risque, car souffrante de maladies chroniques, le risque d’hospitalisation. Pour les auteurs, ces résultats sont importants en termes de santé publique parce que les patients porteurs de pathologies chroniques et invalidantes sont un des groupes cibles prioritaires des vaccinations antigrippales.

Source

Effectiveness of vaccine against pandemic influenza A/H1N1 among people with underlying chronic diseases: cohort study, Denmark, 2009-10
Hanne-Dorthe Emborg, Tyra Grove Krause, Anders Hviid, Jacob Simonsen, Kåre Mølbak
BMJ 2012;344:d7901

Crédit Photo Creative Commons by  Phill MV

Articles sur le même sujet