dimanche 25 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

La stimulation électrique du cerveau améliore la mémorisation

Les structures temporales médianes, qui incluent l’hippocampe et le cortex entorhinal (fréquemment le premier site touché dans la maladie d’Alzheimer), sont des zones cérébrales essentielles pour qu’un individu transforme une expérience quotidienne en souvenirs inoubliables. L’équipe de neurochirurgie du  Dr. Itzhak Fried, appartenant à l’Université de Californie (Los Angeles) a testé l’hypothèse selon laquelle une stimulation électrique cérébrale profonde de l’hippocampe ou du cortex entorhinal serait capable de modifier les performances mnésiques.

Pour réaliser  cette stimulation électrique profonde du cerveau, ils ont  sélectionné 7 patients qui ont accepté l’implantation d’électrodes intracrâniennes profondes (Cette implantation poursuivait également un autre objectif, thérapeutique celui-là, qui était d’identifier les zones épileptogènes dans le but d’une chirurgie ultérieure).

Les participants ont ensuite participé à un jeu électronique de réalité virtuelle, Crazy Taxi, dans lequel la mémorisation spatiale tient un rôle important. Lors de la première étape, ils devaient tenter de se souvenir de la localisation de magasins (points de repère) dans une ville au sein de laquelle ils pilotaient un taxi. La stimulation électrique intracérébrale était activée seulement pour la moitié des magasins repérés et ultérieurement utilisés au cours du jeu. Les participants ne pouvaient pas ressentir la stimulation. La seconde étape du jeu qui était évaluée scientifiquement est la suivante : les joueurs devaient parcourir la ville au volant de leur taxi et rechercher des clients qui demanderaient à être déposés à un magasin.

Les résultats montrent que la stimulation électrique profonde du cerveau pendant un apprentissage améliore la capacité mnésique. En fait, les participants ont pris des routes plus directes et ont pu arriver plus rapidement aux magasins qu’ils avaient mémorisé au cours d’une stimulation électrique que sans. La différence en terme de temps de conduite du taxi à travers la ville avec pour une adresse apprise avec stimulation ou sans variait en moyenne de 64%.

Ainsi, cette petite étude publiée dans la grande revue médicale the New England Journal of Medicine démontre que La stimulation entorhinal appliquée lorsque que les participants apprenaient l’emplacement des points de repère (magasins) ont enrichi leur mémoire ultérieure de ces endroits: les sujets ont atteint ces points de repère plus rapidement et par des itinéraires plus courts, par rapport avec des emplacements mémorisés sans stimulation. En revanche la stimulation hippocampique n’a pas été efficace. Comme le jeu a été pratiqué peu de temps après la stimulation, on ne sait pas encore si cette amélioration de la capacité de mémorisation reste durable.

Les auteurs concluent que la stimulation du cortex entorhinal accroit la mémorisation spatiale lorsqu’elle est appliquée lors de l’apprentissage. Cette découverte importante pourrait avoir un intérêt chez les patients souffrant de déficience mnésiques comme les patients atteint d’une maladie d’Alzheimer.

Source

Memory Enhancement and Deep-Brain Stimulation of the Entorhinal Area
Nanthia Suthana, Zulfi Haneef, John Stern, Roy Mukamel, Eric Behnke, Barbara Knowlton, Itzhak Fried
N Engl J Med 2012; 366:502-510 February 9, 2012

Articles sur le même sujet