samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Si enceinte, maman est contaminée par le PFOA, sa fille sera plus souvent obèse à 20 ans

Le niveau de contamination sanguin par le PFOA, l’acide perfluorooctanoïque, au cours de la grossesse, accroit le risque d’obésité des filles à l’âge de 20 ans, montre une étude réalisée par des scientifiques Danois et financée par l’Institut Danois des Sciences, de la Technologies et de l’Innovation. L’étude est publiée dans la revue médicale Environmental Health Perspectives.

Le PFOA est fabriqué depuis les années 1940 en quantités industrielles. Le PFOA a été détecté dans des ustensiles de cuisine antiadhésifs (poêle avec revêtement en téflon), des déchets industriels, des moquettes antitaches, des produits nettoyants pour moquettes, des cires pour parquets, des produits cosmétiques, des isolateurs de câblages électriques, des vêtement de plein air (Goretex). Le PFOA persiste indéfiniment dans l’environnement. C’est un cancérogène, toxique pour le foie, toxique pour le développement, toxique pour le système immunitaire. Il modifie les taux d’hormones thyroïdiennes. Les études animales ont confirmé qu’il provoquait des anomalies de la taille à la naissance, des retards de développement physique, une perturbation du système endocrinien, et une mortalité néonatale. Il favorise chez l’animal le cancer du foie, des testicules et du pancréas  Une étude a également révélée que le PFOA était un obésogène chez les souris femelles. C’est cet effet chez l’homme qu’ont voulu évaluer les scientifiques Norvégiens.

Car le PFOA est présent dans le sang de la majorité des êtres humains : il a été détecté dans le sang de plus de 98% de la population générale aux États-Unis. Chez l’homme, pour l’instant, son exposition a été associée à l’augmentation du cholestérol de l’acide urique, et plus récemment à un risque accru de maladie rénale chronique. Mais suite à une Class Action débutée aux Etats-Unis, il a été demandé à trois épidémiologistes de mener des études de suivi des populations vivant à proximité d’usines chimiques et ayant été fortement exposés aux PFOA (C8 Science Panel).

Aujourd’hui la contamination environnementale par le PFOA est générale, de sorte que si les populations sont effectivement contaminées, la source de contamination est souvent indirecte et reste mal déterminée. L’eau potable est reconnue contaminée par les PFOA en Allemagne. Elle l’est probablement dans tous les autres pays industrialisés. Le PFOA se fixe à l’albumine dans le sang et est transporté à travers le placenta des femmes enceintes. La contamination fœtale chez l’animal entraine des modifications hormonales, le PFOA étant un perturbateur endocrinien (comme le distilbène ou le bisphénol  A). Pourrait-il jouer un rôle dans l’épidémie d’obésité mondiale?

Les résultats de l’étude norvégienne le suggèrent. Les scientifiques retrouvent effectivement que Les filles des mères ayant les concentrations les plus élevées de PFOA dans le sang pendant la grossesse étaient 3 fois plus susceptibles d’être en surpoids à l’âge de 20 ans, que les filles de mères ayant les niveaux les plus bas du PFOA. Cette évaluation a tenu compte des nombreuses variables susceptibles d’influencer la prise de poids, comme le poids de la mère et le style de vie.

Biologiquement, une association a également été trouvée entre l’exposition avant la naissance par des niveaux élevés de PFOA et des niveaux élevés d’insuline et de leptine, deux hormones favorisant l’obésité. Ces mêmes hormones avaient été retrouvées augmentées dans les études menées chez les souris qui avaient révélé le potentiel obésogène du PFOA.

Ces niveaux d’insuline et de leptine sont également élevés chez les fils de mères ayant eu un taux de PFOA élevé au cours de leurs grossesses, mais la relation a été retrouvée de manière plus faible que chez les filles.

Ainsi, en plus des facteurs de mode de vie (alimentation déséquilibrée, manque d’exercice physique..), les pollutions environnementales liées aux activités industrielles pourraient jouer un rôle dans l’accroissement du taux de l’obésité. Pour les auteurs, “compte tenu de la détection à grande échelle de PFOA chez les êtres humains et la faune et l’augmentation de l’utilisation de composés perfluorés ayant un potentiel biologique similaire, il est d’une importance considérable pour la santé publique de comprendre et d’éliminer les sources expositions de l’homme à ces composés”. 

Source

Prenatal Exposure to Perfluorooctanoate and Risk of Overweight at 20 Years of Age: A Prospective Cohort Study
Thorhallur I. Halldorsson, Dorte Rytter, Line Småstuen Haug, Bodil Hammer Bech, Inge Danielsen, Georg Becher, Tine Brink Henriksen, Sjurdur F. Olsen
Environmental Health Perspectives, 2012

Crédit Photo Creative Commons by Rob!

Articles sur le même sujet