mardi 27 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les campagnes anti-tabac réduisent de 30% le nombre de décès par cancers des poumons

C’est en 1964, soit il y a près de 50 ans que le gouvernement américain décida des premières mesures de prévention contre le tabagisme. Depuis de nombreuses mesures ont été implémentées comme l’interdiction de  fumer dans les lieux publics, l’augmentation des taxes sur le tabac, l’accroissement de la communication envers les consommateurs afin de les avertir des dangers du tabagisme qu’il soit actif ou passif. Ces décisions sont les principales causes de la réduction la mortalité liée au tabac. En 2004, il était estimé que le tabac, entre 1965 et 1999 avait tué 3 millions d’être humains, 2,2 millions d’hommes et 0,2 millions de femmes.

Dans une nouvelle étude du Centre National Américain contre le Cancer, les scientifiques gouvernementaux ont estimé le nombre de cancers des poumons qui ont pu être évités grâce aux modifications des habitudes tabagiques depuis le milieu des années 1950, ainsi que le nombre de vies qui auraient pu être sauvées si les hommes politiques avaient, dès que les informations relatives aux dangers du tabac furent connus, interdit purement et simplement sa commercialisation.

Entre 1975 et 2000, 2 067 775 d’hommes et 1 051 978 de femmes sont décédés d’un cancer des poumons aux Etats-Unis. Les mesures de prévention mises en place par le gouvernement américain ont permis d’éviter 550 000 cancers des poumons chez les hommes et 240 000 chez les femmes. Globalement ces mesures de prévention ont évité 32% des cancers des poumons. Du fait de l’augmentation de ces mesures, ce pourcentage de prévention atteint 44% depuis les années 2000. Et si une mesure d’interdiction totale avait été prononcée par des hommes politiques courageux face aux lobbies du tabac dès 1964, près de 2,5 millions de vies auraient pu être sauvées, uniquement dans ce pays, 1,6 millions d’hommes et 880 000 femmes.

Le message de cette étude est très clair : la mise en place de mesures de prévention contre le tabagisme est certes efficace, mais ne permet d’éviter environ qu’un cancer des poumons sur 3. La réduction de la mortalité liée au cancer des poumons n’a d’ailleurs été obtenue que grâce à la mise en place de mesures de prévention et en particulier à la hausse du prix des cigarettes qui avait été particulièrement accru dans les années 1998-1999 aux Etats-Unis. Cependant cette étude ne s’est focalisée que sur le cancer des poumons, alors que le tabagisme provoque bien d’autres maux, comme les maladies cardiovasculaires et les cancers de la vessie. En réalité, les effets du tabagisme sur la mortalité totale sont donc ici largement sous-estimés et par conséquent aussi, les effets bénéfiques des mesures de prévention.

On peut évidemment continuer à s’interroger sur l’absence d’interdiction totale du tabac, un produit de consommation courante dont il est clairement établi qu’il est hautement mortel surtout à l’heure où, par exemple dans notre pays, un médicament, un produit destiné initialement à guérir, peut faire la Une de l’ensemble de la presse et risquer un retrait dès qu’apparait une recrudescence d’effets secondaires, par “principe de précaution”. Est-ce uniquement un manque de courage politique? Est-ce une lié à une influence efficace des industriels du tabac? Ne peut-on raisonnablement imaginer un pays décidant d’interdire définitivement la vente de tabac? Serait-ce considéré comme une atteinte aux libertés individuelles? Notre société peut-elle impunément continuer à financer les yeux fermés les milliards d’euros indispensables à soigner les fumeurs devenus malades sans réagir à l’heure où son financement et donc son efficacité vis-à-vis de l’ensemble de la population sont compromises? N’est-il pas d’ailleurs étonnant que certaines personnalités qui se sont fait connaitre dans le débat médiatique sur les effets secondaires des médicaments démentent les effets nocifs du tabagisme (voir vidéo 5)?

Le gouvernement américain lance actuellement une importante campagne de publicité (photo) dotée d’un montant de 54 millions de dollars contre le tabagisme. Le tabac reste la première cause évitable de pathologies chez l’être humain. En 2012, 440 000 américains décéderont de leur tabagisme, plus de 100 000 en France : encore combien de temps faudra t-il tolérer sa présence au sein de nos sociétés?

Vidéo de la campagne de prévention contre le tabagisme

Vidéo 5

Sources

Impact of Reduced Tobacco Smoking on Lung Cancer Mortality in the United States During 1975–2000
Suresh H. Moolgavkar, Theodore R. Holford, David T. Levy, Chung Yin Kong,Millenia Foy, Lauren Clarke, Jihyoun Jeon, William D. Hazelton, Rafael Meza,Frank Schultz, William McCarthy, Robert Boer, Olga Gorlova, G. Scott Gazelle,Marek Kimmel, Pamela M. McMahon, Harry J. de Koning, Eric J. Feuer
JNCI J Natl Cancer Inst first published online March 14, 2012

http://www.cdc.gov/tobacco/

U.S. Backs Antismoking Ad Campaign
Gardiner Harris
NYT 15 mars 2012

Crédit Photo Center of Disease Control  : Graphic advertisements against smoking have proved effective.

Articles sur le même sujet