samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Boire des sodas sucrés augmente les maladies cardiaques, pas les sodas lights

Il est reconnu que la consommation de boissons sucrées s’associe à une prise de poids et à l’augmentation du risque de diabète. Le lien entre cette consommation est la survenue de maladies cardiovasculaires a été cependant peu étudié.

Après avoir suivi le devenir de  42 883 hommes consommateurs de sodas/boissons sucrées et/ou de sodas ou boissons artificiellement sucrées (édulcorants), les scientifiques ont pu analyser le risque de survenue de maladies cardiovasculaires fatales ou non tel qu’un infarctus. Les participants ont été classés en 4 groupes, des plus gros consommateurs de sodas et boissons sucrées aux plus faibles consommateurs. Les résultats sont publiés dans la prestigieuse revue de cardiologie Circulation.

Au cours des 22 années de suivi, 3683 infarctus ont été enregistrés. Ceux qui appartenaient au groupe des plus grands consommateurs de boissons sucrées avaient un risque d’infarctus augmenté de 20% par rapport aux plus faibles consommateurs. Ce résultat a été calculé après ajustements avec tous les facteurs confondants pouvant augmenter le risque de maladies cardiovasculaires : âge, tabagisme, activité physique, alcool, multivitamines, antécédents familiaux, alimentation, apports énergétiques, BMI, poids aux début de l’étude.

De manière importante, ce risque ne se retrouvait pas avec les sodas artificiellement sucrés : ce résultat montre également l’absence de lien entre sucre artificiel (aspartame ou autres) et maladie cardiovasculaire.

La consommation de sodas sucrés augmentait également les facteurs de l’inflammation vasculaire, CRP, IL6, TNFr1, TNFr2, et augmentait les lipides athérogènes : le HDL était réduit et les triglycérides augmentés.

La consommation de boissons sucrées, jus de fruits ou sodas accroit donc significativement l’inflammation contribuant à l’augmentation du risque de survenue de maladies cardiovasculaires. Ces boissons sucrées peuvent être efficacement substituée par des boissons artificiellement sucrées qui n’augmentent pas ce risque.

Source

Sweetened Beverage Consumption, Incident Coronary Heart Disease and Biomarkers of Risk in Men
Lawrence de Koning; Vasanti S. Malik; Mark D. Kellogg; Eric B. Rimm; Walter C. Willet, Frank B. Hu
CIRCULATIONAHA.111.067017 Published online before print March 12, 2012

 Crédit Photo Creative Commons by  loop_oh

Articles sur le même sujet