vendredi 30 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Nicolas Sarkozy et Xavier Bertrand portent-il la responsabilté d’un excès de 10 000 morts liés au tabac?

73.000 morts. C’est le nombre de personnes tuées par le tabac en France chaque année selon une étude de l’INSERM. 73 000 morts, c’est 20 fois plus que le nombre de tués sur les routes, des morts précoces et douloureuses. C’est aussi le bilan de la vente libre d’un agent nocif, autorisés par les ministres de la santé, qui continue à recruter dans les couches les plus jeunes de la population grâce à la collaboration efficace semble t-il dont les fabriquants de tabac savent s’entourer dans les sphères politiques Française et en particulier dans celle du gouvernement actuel.

Selon l’INSERM, le tabac tuerait 59.000 hommes et 14 000 femmes chaque année, globalisant 34% des décès chez  les hommes  entre 30 et 69 ans et 11% chez les femmes. 50% des décès dus au tabac surviennent chez les hommes et femmes âgés de 30 à 69 ans, conduisant à une réduction de l’espérance de vie d’un fumeur de 20 à 25 ans par rapport à celle d’un non-fumeur. L’autre moitié des décès dus au tabac survient à 70 ans ou plus.
Les causes de la mort sont celles liées au tabagismes : décès par cancers, maladies cardiovasculaires, maladies respiratoires et maladies infectieuses.

Ces chiffres sont en hausse montrant l’inutilité des mesures anti-tabac en France, peut-être même volontairement inutiles (?) si l’on se réfère aux accusations du Dr Dautzenberg. L’INSERM constate même une augmentation de 100% du nombre de décès chez les femmes entre la dernière estimation (publiée en 2003) et aujourd’hui. Ce risque de décès des femmes par un cancer des poumons est même tellement en hausse qu’il va dépasser le nombre de décès par cancer du sein avec toujours aussi peu de volonté politique pour réduire ce nombre de morts.
Comment expliquer cette hausse du tabagisme et des décès liés au tabac alors qu’il existe des organismes gouvernementaux de lutte contre le tabac ?

Le Pr Bertrand Dautzenberg, livre une réponse dans un ouvrage publié mercredi. La lutte contre le tabac en France n’est que de la poudre aux yeux, elle fait croire à une volonté politique qui n’existe pas, ce n’est que de la “com”. En coulisse, tout serait fait pour que le tabac poursuive son expansion, grâce à l’aide des hommes et femmes politiques influencés (et financés ?) par les lobbies du tabac.Scénario improbable?
Le livre du Pr Dautzenberg, “La République enfumée, les lobbies de Chirac à Sarkozy: du meilleur au pire” fait le constat particulier de l’influence de Nicolas Sarkozy par le lobby du tabac en comparant les actions menés par Sarkozy et par Chirac. Sous Chirac le un tabagisme des 12-15 ans s’est réduit de 76% ; Sous Sarkozy il a augmenté de 35%. Treize indicateurs défavorables pour l’industrie du tabac sous Chirac sont redevenus favorables sous Sarkozy : la baisse de la consommation est redevenue une hausse, la baisse des ventes s’est inversée, les buralistes ont touché près de 1 milliard d’euros en 5 ans, les marges sur le tabac ont augmenté.

Le Pr Dautzenberg tente de chiffrer ces effets en terme de vie sauvées ou de vies perdues : quand Jacques Chirac aurait “sauvé 20.000 vies”, Sarkozy aurait conduit 10 000 supplémentaires dans la tombe.
Le livre rapporte que Frédéric Lefebvre, conseiller puis ministre de Nicolas Sarkozy, actuellement secrétaire d’État chargé du Commerce et de l’Artisanat est d’ailleurs “lobbyiste en titre de l’industrie du tabac à travers sa société PIC conseils, chargée entre autre de promouvoir les intérêts de l’industrie du tabac. Jean-Dominique Comolli est passé du conseil d’Altadis, à la tête de l’Agence des participations de l’État

Source

“La République enfumée, les lobbies de Chirac à Sarkozy: du meilleur au pire
OFT 2012
(commander le livre : LA RÉPUBLIQUE ENFUMÉE – OFT)

 

Tabagisme et arrêt du tabac en 2011
Aurélie Lermenier Pôle Indicateurs

 

(La revue du praticien, mars 2012, vol. 62, p325-329)

Articles sur le même sujet