jeudi 29 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Finastéride : l’Afssaps avait encore tout faux

Il y a un mois, le 12 mars 2012, l’Afssaps et son nouveau directeur publiait un point d’information sur le finastéride, une molécule utilisée dans l’hypertrophie bénigne de la prostate et la repousse des cheveux en cas de calvitie. L’Afssaps minimisait les risque de troubles de la libido pouvant persister après même après arrêt du traitement. La FDA, l’agence du médicament américain vient elle de reconnaitre l’implication du produit dans la survenue de troubles sexuels persistants et de modifier la notice du produit dans ce sens.

Dans ce point du 12 mars, l’Afssaps reconnaissait avoir eu connaissance de “troubles indésirables sexuels (baisse de la libido, troubles de l’érection et troubles de l’éjaculation), certains persistants après l’arrêt du traitement  : “Ces effets sont considérés comme transitoires ou réversibles à l’arrêt du traitement et figurent dans le résumé des caractéristiques du produit et la notice initiale du médicament. Toutefois, des cas de troubles de l’érection persistant après l’arrêt du traitement et de cancer du sein chez l’homme ayant été rapportés au décours de la commercialisation” écrivait-elle. Un risque de “cancer du sein chez l’homme” étaient également. Toutefois pour les deux effets secondaires, L’Afssaps s’était voulu rassurante en faisant suivre les évocations de ces effets secondaires de la très classique phrase “A ce jour le lien de causalité entre la prise de finastéride et la persistance des troubles de l’érection, après l’arrêt du traitement, n’est pas établi“.

La FDA, l’agence du médicament américain, si elle note également l’absence de lien établi, a cependant décidé d’agir du fait la survenue de nombreux cas. Elle a effectivement pris la décision d’avertir les patients du risque en inscrivant sur la notice du médicament le risque de problèmes de libido, d’éjaculation et d’orgasme après arrêt du traitement.

Quand l’Afssaps avertira t-elle les patients français? En Suède, le risque de persistance d’une dysfonction sexuelle majeure y compris après arrêt du traitement a été établi en 2008, soit il y a déjà 4 ans, au terme d’une enquête sanitaire.

Source

Questions and Answers: Finasteride Label Changes

Finastéride (Propecia et génériques) dans le traitement de la calvitie chez l’homme jeune (alopécie androgénétique) : surveillance des effets secondaires – Point d’information

 http://www.lakemedelsverket.se/SPC_PIL/Pdf/humpil/Propecia%201%20mg%20tablet.pdf

Crédit photo Creative Commons by LicencePaternitéPas d'utilisation commerciale Certains droits réservés

Articles sur le même sujet