Dimanche 23 novembre 2014

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Newsletter

ChargementChargement


L’obésité et le diabète de la femme enceinte favorise un autisme de l’enfant

Les femmes obèses ou diabétiques, y compris en cas de survenu d’un diabète gestationnel au cours de leur grossesse, ont un  risque accru que leur enfant soit autiste, démontre une étude publiée dans la revue Pediatrics. Aux Etats-Unis où l’obésité est dorénavant endémique, cette nouvelle étude fait beaucoup de bruit. 30% des femmes enceintes aux Etats-Unis sont obèses et ce chiffre est en augmentation. C’est en effet la première fois que l’état métabolique de la mère est directement rattaché à un risque accrue de la survenue d’autisme. Cette étude ne démontre pas qu’une obésité maternelle ou un diabète crée l’autisme mais seulement pour l’instant que les deux sont liés. Actuellement aux Etats-Unis (voir article Docbuzz), il né un enfant autiste pour 88 nouveaux-nés. Pour une mère obèse, ce risque serait, selon cette étude de 1 enfant autiste pour 53 naissances. L’obésité de la mère a pour l’instant comme conséquences connues sur le foetus un risque de fausse couche, de naissance prématurés, ou de malformations de naissances.

1004 couples mère-enfant de 2 à 5 ans ont été inclus dans cette étude : 517 enfants étaient autistes, 172 avaient un trouble du développement neurologique, et 315 avaient un développement neurologique normal.

Si 9,3% des enfants nés de mère diabétique étaient autistes, et 11,6% avaient eu un trouble du développement neurologique, ils n’étaient que 6,4% d’autistes nés de mères non diabétiques : un diabète chez la maman déjà connu, ou un diabète gestationnel diagnostiqué au cours de la grossesse multiplie par 2,3 le risque de donner naissance à un enfant autiste (chiffre valable aux Etats-Unis). Par ailleurs, plus de 20% des mères d’enfants autistes étaient obèses contre 14% des mères des enfants non autistes. Des troubles métaboliques étaient retrouvées chez 28,6% des mères d’enfants autistes, 34,9% des mères avec un enfant ayant un trouble neurologique et 19,4% des mères dont l’enfant ne présentait pas d’anomalie. Les enfants autistes nés de mère diabétiques avaient en plus un déficit encore plus grand de l’expression du langage que les autres enfants autistes. Les anomalies métaboliques influent donc sur le devenir neurologique de l’enfant. Pourquoi, et comment?

Une obésité s’associe à des modifications métaboliques comme une inflammation chronique et une augmentation du sucre dans le sang s’accompagnant d’insuline-résistance : tous deux peuvent avoir des effets négatifs sur le cerveau en développement de l’enfant ce qui peut expliquer ce risque accru d’autisme chez les enfants nés de mère obèse et/ou diabétique. Ces phénomènes métaboliques sont encore accentués chez une femme diabétique : Une exposition prolongée du foetus à une glycémie élevée entraine une hypersécrétion d’insuline foetale qui à son tour déclenche une augmentation de la consommation d’oxygéne, qui induit malheureusement une hypoxie des tissus. Un diabète maternel peut également entrainer une carence en fer du foetus affectant le développement neurologique y compris la myélinisation et la connectivité corticale.

Source

Maternal Metabolic Conditions and Risk for Autism and Other Neurodevelopmental Disorders
Paula Krakowiak, Cheryl K. Walker, Andrew A. Bremer, Alice S. Baker, Sally Ozonoff, Robin L. Hansen and Irva Hertz-Picciotto
Pediatrics; originally published online April 9, 2012; DOI: 10.1542/peds.2011-2583

Crédit Photo Creative Commons by  Christi Nielsen

Articles sur le même sujet