samedi 20 décembre 2014

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Newsletter

ChargementChargement


Femmes enceintes exposées à la pollution de l’air : +45% d’anxiétés et de dépressions, +28% de troubles de l’attention chez l’enfant

Une exposition prénatale à la pollution de l’air aurait un impact important sur le comportement ultérieur de l’enfant exposé in utéro, rapportent des scientifiques américains de l’Université de Columbia à New York dans la revue médicale  Environmental Health Perspectives.

Leur étude qui a suivi sur un temps long des couples mères-enfants démontre que des taux élevés d’hydrocarbure aromatiques polycycliques retrouvés dans le sang maternel et dans le sang du cordon, s’associent avec des problèmes de comportement de l’enfant à l’âge de 6 ou 7 ans ( Frederica Perera of Columbia University).

Cette équipe de scientifiques avait déjà mis en cause la pollution par hydrocarbures aromatiques polycycliques (une pollution liée à la combustion incomplète des dérivés du pétrole par exemple), en montrant qu’elle entrainait une réduction du quotient intellectuel des enfants (mesuré à l’âge de 5 ans).

Cette fois, ce sont 617 couples mères enfants qui ont été suivis. Les femmes étaient enceinte entre 1998 et 2003, avaient moins de 35 ans, ne fumaient pas, ne consommaient pas de drogues, n’avaient pas de diabète ou d’hypertension ou de pathologie HIV. Avant la naissance de leur enfant, ces femmes avaient accepté de porter avec elles un enregistreur portatif des taux d’hydrocarbures aromatiques polycycliques et de benzopyrènes. Des mesures ont été effectuées également par prélèvement sanguin de la mère et di cordon ombilical.

Six ou 7 ans plus tard, 294 enfants ont été revus par els scientifiques et ont menés une série de tests.

Les analyses révèlent qu’un enfant exposé plus intensément à la pollution urbaine au cours de sa croissance in utero en payera les conséquences plus tard avec des problèmes majoré d’anxiété, de dépression et d’attention : Les deux méthodes de mesures, qu’il s’agisse de l’enregistrement de la pollution par l’appareil portatif ou l’analyse de la pollution subie par analyse du sang du cordon ombilical qui irrigue directement l’enfant, donnent les mêmes résultats :

  • Une exposition élevée à cette pollution urbaine s’associait à des symptômes plus élevés d’anxiété et de dépression chez les enfants (+45% par rapport aux enfants les moins exposés).
  • Une exposition élevée à cette pollution urbaine s’associait à problèmes d’attention plus importants (+28% par rapport aux enfants les moins exposés)

Ces résultats démontrent une nouvelle fois l’impact dramatique de la pollution vis-à-vis du développement des enfants ceci d’autant plus que les mères et les enfants sélectionnés par cette étude n’avaient aucun facteur de risque particulier et n’étaient pas prématurés. Nous intoxiquons notre avenir. Quand réagirons-nous?

 

Source

Prenatal Polycyclic Aromatic Hydrocarbon (PAH) Exposure and Child Behavior at age 6-7.
Perera FP, Tang D, Wang S, Vishnevetsky J, Zhang B, Diaz D, Camann D, Rauh V
Environ Health Perspect. 2012 Mar 22. [Epub ahead of print]

Articles sur le même sujet