mardi 27 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Nigeria : l’extraction de l’or condamne les enfants à mort

Médecin Sans Frontière (MSF) a organisé au Nigéria, il y a quelques jours, une conférence, afin non seulement d’attirer les regards du monde vers Zamfara, cette région oubliée du Nigéria, mais aussi pour que des solutions soient mises en place afin de résoudre cette crise sanitaire dramatique qui dure impunément depuis 2 ans.

“Il y a eu beaucoup de discussion, maintenant il est temps d’agir” explique Ivan Gayton, représentant de MSF au Nigeria, “MSF considèrera cette conférence comme un succès lorsque tous les enfants empoisonnés vivront à nouveau dans un environnement sans danger et recevront un traitement”. Malgré les centaines d’enfants tués par le plomb, ni ministre de la santé du Nigeria, ni le ministre des mines, ni celui de l’environnement n’ont su faire face à leur responsabilité et n’ont donc pas souhaité participer à la conférence.

Le plan d’action adopté à la conférence repose sur 3 axes principaux : les soins médicaux aux personnes empoisonnés par le plomb, le nettoyage environnemental et la mise en place de pratiques minières rigoureuses

Il est donc nécessaire que les fonds promis, environ 5,4 millions de dollars, soient mis à disposition immédiatement. C’est en mars 2010, soit il y a deux ans, qu’un empoisonnement massif au plomb avait été découvert dans la région de Zamfara au Nigeria : cette contamination avait à l’époque déjà tué plus de 400 enfants. Environ 4000 enfants erraient dorénavant atteint, le gouvernement Nigérien ayant laissé faire.

L’intoxication par le plomb, connue encore sous le nom de saturnisme peut provoquer des troubles réversibles si l’intoxication ne dure pas comme une anémie, ou des troubles digestifs. En revanche, ces troubles deviendront irréversibles voir mortels avec atteinte du système nerveux, une encéphalopathie puis une paralysie conduisant à la mort en cas d’intoxication chronique. Une stérilité, la survenue de cancers, ou d’hypertension sont fréquents. Chez l’enfant touché jeune, il cause un retard mental (photo). Une intoxication au plomb serait également un  facteur de criminalité et pourrait jouer un lien dans la survenue d’une schizophrénie, les enfants exposés in utero à des taux plus élevés de plomb présentant un risque doublé de développer une schizophrénie.

L’accroissement du prix de l’or a une responsabilité dans cette crise sanitaire. La présence d’or dans la région du Zamfara était connue depuis longtemps et exploitée dans des mines. Mais lorsque le prix de l’or a commencé à atteindre des sommets, tous les pauvres de la région ont voulu tenter de trouver de l’or et ont multiplié les prospections sauvages, ramenaient boues et minerais aux villages ; seulement le minerai de Zamfara contient des niveaux très élevé de plomb. Et les roches, broyées au milieu des villages, dégagent des nuages de poussières contaminées au plomb directement au sein des maisons et des villages, ce qui a finalement touché les enfants. Le saturnisme massif des enfants de la région n’a été détecté qu’en 2010 après que soit décédés des centaines d’enfants, d’autres présentant des troubles neurologiques sévères, cécité, surdité, paralysies, etc.

Si un nettoyage des villages et la mise en place de traitements chélateurs chez les enfants déjà touchés est nécessaire rapidement, un effort d’éducation des adultes l’est aussi pour qu’ils ne recommencent pas l’exploitation sauvage du sous-sol, en tout cas pas sans précautions.


Source

Lead poisoning crisis in Zamfara state northern Nigeria
MSF 2012

Nigeria: promised funds must be released to resolve the Zamfara lead poisoning crisis
MSF 2012 

Crédit Photo  : MSF : This little girl is suffering from long term effects of lead poisoning. When she is happy she moves her tongue. When she is upset she screams. One of her eyes seems to have gone blind. When she was first brought into the hospital they thought she was going to die. But here mother, Asuya Surayo, says it was like she came back from the dead. Now every time  

Articles sur le même sujet