samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

tabagisme de la femme enceinte : le risque d’asthme sévère de l’enfant est augmenté de 50% et ce n’est pas tout…

Les enfants dont la mère a fumé au cours de sa grossesse sont plus à risque de souffrir d’asthme aïgu dans leur jeunesse que les enfants dont la mère n’a jamais fumé montre une étude publiée dans la revue médicale The Journal of Allergy and Clinical Immunology.

L’étude était rétrospective : analysant 2500 enfants asthmatiques, les scientifiques ont mis en évidence qu’entre 8 et 17 ans, ceux qui souffraient de symptômes aigus étaient plus à même d’avoir une mère ayant fumé pendant sa grossesse. Ce risque restait évident même en tenta compte des différences éducatives, du niveau socio-économique ou de l’exposition au tabac après la naissance. Si parmi les enfants qui avaient un asthme contrôlé par un traitement médical, 5% avaient une mère qui avait fumé pendant meure grossesse; mais parmi ceux ayant un asthme difficilement contrôlé, ils étaient 12% à avoir une mère ayant fumé pendant leur grossesse.

“Si les femmes fument pendant leurs grossesses, leurs enfants ont un risque augmenté de 50% de souffrir d’un asthme non équilibré”, et cela même quand est pris en compte une exposition au tabac après la naissance, commente le Pr Sam S. Oh : “A l’âge de 17 ans, les enfants les enfants souffrent toujours des effets de l’exposition au tabac subi pendant les 9  mois de leur vie in utero”, ajoute t-il.

Ces symptômes d’asthme affectent durablement la qualité de vie de ces enfants et de leurs familles. Le surcoût causé par cette exposition au tabac pendant la grossesse est estimé à 56 milliards de dollars par an : cette estimation réalisée par le NIH (National Institutes of Health) cumule le coût des dépenses de santé, des décès prématurés, des jours de travail et d’école perdus du fait du tabac.

Si aux Etats-Unis, il est estimé que 13.8 % des femmes enceintes fument, ce chiffre est pratiquement doublé en France. Dans notre pays, la consommation de tabac des femmes est passée de 17 % en 1972 à 39 % en 1995 et poursuit son augmentation. Parallèlement, Le nombre de femmes qui fument pendant leur grossesse est passé de 10 % à 25 %.

Selon les scientifiques, cette mise en évidence laisse supposer que le tabac endommage les poumons de l’enfant au cours de son développement dans l’utérus ou que la fumée du tabac entraine une modification génétique localisée qui perdure au cours des générations cellulaires suivantes.
En France, nombreux sont ceux qui considèrent le tabagisme comme une liberté et la lutte contre le tabac comme une atteinte à cette liberté. Les lobbys du tabac sont donc toujours très efficaces et très actifs, suffisamment en tout cas pour que les ministres de la santé soient peu enclin à protéger les enfants des atteintes physiques qui leurs sont faites. Peu de femmes évaluent correctement les risque de poursuivre un tabagisme au cours de leur grossesse : fumer pendant la grossesse multiplie jusqu’à 3 le risque de fausse-couche, multiplie par 2 le risque de prématurité, augmente de 20% le risque de retard de croissance intra utérin, favorise plusieurs anomalies congénitales et est à l’origine de 11% des mort fœtale in utero. Si l’enfant a malgré tout échappé à tout cela, il n’est pas au bout de ses risques et une partie de son avenir lui a déjà échappé dans les volutes des cigarettes maternelles : avoir exposé son enfant à son addiction tabagique multiplie par 2 le risque de mort subite du nourrisson, favorise la survenue d’infections respiratoires et finalement de l’asthme, et altèrera son développement psychomoteur et cognitif, diminuera sa capacité en lecture et en mathématiques, et favorisera un niveau socio-professionnel bas. La “liberté” maternelle a un prix que payent les enfants.

Source

Effect of secondhand smoke on asthma control among black and Latino children
Sam S. Oh, Haig Tcheurekdjian, Lindsey A. Roth, Elizabeth A. Nguyen, Saunak Sen, Joshua M. Galanter, Adam Davis, Harold J. Farber, Frank D. Gilliland, Rajesh Kumar, Pedro C. Avila, Emerita Brigino-Buenaventura, Rocio Chapela, Jean G. Ford, Michael A. LeNoir, Fred Lurmann, Kelley Meade, Denise Serebrisky, Shannon Thyne, William Rodriguez-Cintron, Jose R. Rodriguez-Santana, L. Keoki Williams, Luisa N. Borrell, Esteban G. Burchard
Journal of Allergy and Clinical Immunology, 2012; 129 (6): 1478 DOI:10.1016/j.jaci.2012.03.017

Tabagisme chez la femme enceinte : le CHU peut vous aider
Dr Remi TARGUETTA – Service Addictologie – CSAPA – Chu de Nîmes

Crédit Photo Creative Commons by  zippaparazza!

Articles sur le même sujet