mardi 27 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le tour de taille prédit le risque d’être diabétique

L’Indice de masse corporelle ou IMC, rapport du poids sur la taille au carré, est très prédicteur du risque de diabète : plus il est élevé, plus le risque d’être atteint d’un diabète de type 2 l’est : ce risque devient maximal pour un IMC >30 et est déjà important pour un IMC entre 25 et 30 kg/m2, définissant une surcharge pondérale. Ce risque se réduit si l’IMC est abaissé par une modification des habitudes de vie, modifications alimentaires et reprise d’activité physique (lutte contre la sédentarité). Toutefois l’IMC n’apporte pas d’information sur l’importance de la graisse corporelle et en particulier n’isole pas le risque particulier de la graisse abdominale. En revanche, le tour de taille est une mesure simple qui peut être utilisée pour caractériser une adiposité abdominale : toutefois, son usage ne s’est pas encore développé en routine clinique.

Afin d’évaluer la pertinence d’une simple mesure du tour de taille pour prédire le risque d’un diabète, des scientifiques ont comparé deux groupes de participants : d’une part 12 403 patients diabétiques et d’autre part 16 154 personnes non diabétiques. Ils ont mesuré chez tous ces participants, l’Indice de masse corporel, le tour de taille ainsi que le rapport taille/hanches tout en surveillant chez les non diabétiques la survenue éventuelle d’un diabète au cours de l’étude. L’étude a été menée dans 8 pays Européens et est publiée dans la revue médicale PLOS Medicine.

Les scientifiques confirment le lien entre le tour de taille et le risque de diabète, un lien démontré encore plus fort chez les femmes que chez les hommes.

La mesure de l’IMC apparaît donc intéressante en particulier chez les femmes et les hommes en surcharge pondérale, 3 fois plus nombreux que les obèses et beaucoup moins souvent dépistés pour le diabète.

Les scientifiques mettent clairement en évidence l’importance de la mesure du tour de taille dans la prédiction du risque de diabète et l’affinement de ce risque en comparaison à l’IMC pris isolément.

– Ainsi une femme en simple surcharge pondérale (IMC entre 25 et 30) mais avec en plus un tour de taille supérieur à 89 cm ou un homme en surcharge pondérale mais avec en plus un tour de taille supérieur à 102 cm ont un risque équivalent à un une femme ou à un homme déjà obèse (IMC>30).

– Si pour une augmentation de l’IMC de 3,6 kg/m2 chez l’homme et 4,4 kg/m2 chez la femme, le risque de développer un diabète grimpait de 93% chez l’homme et de 107% chez la femme, l’augmentation du tour de taille est également un élément important à suivre : pour une augmentation du tour de taille de 10 cm chez l’homme et de 11 cm chez la femme, le risque de diabète était multiplié par 2 chez l’homme (100%) et par 2,5 chez la femme.

D’autres mesures montrent encore l’importance du tour de taille et donc de la graisse abdominale dans la genèse du risque diabétique : un tour de taille supérieur a 102 cm chez l’homme obèse multiplie par 22 le risque d’avoir un diabète par rapport à un homme obèse ayant un tour de taille de 94 cm, un tour de taille supérieur à 94 chez la femme obèse multiplie par 32 le risque d’avoir un diabète en comparaison avec une femme de poids normal et de tour de taille de 79 cm.

La fréquence du diabète et ses graves complications à long terme, liées en particulier aux dommages cardio-vasculaires et rénaux qu’il provoque, créé un problème majeur de santé publique et pèse lourdement sur les systèmes de soins de santé. L’obésité est le facteur de risque le plus puissant pour les diabète de type 2 ; l’Organisation Mondiale de la Santé estime que d’ici à 2015 environ 2,3 milliards d’adultes seront en surpoids, plus de 700 millions seront obèses, et que les décès dus au diabète augmenteront de plus de 50% dans le monde durant cette période. Les stratégies de lutte contre le diabète exigent donc des interventions préventives en particulier axées sur les personnes ayant un risque élevé. Les résultats de cette étude  démontrent que la mesure du tour de taille peut faciliter l’identification des personnes les plus à risque parmi ceux qui sont déjà en surpoids.

Source

Long-Term Risk of Incident Type 2 Diabetes and Measures of Overall and Regional Obesity: The EPIC- InterAct Case-Cohort Study
The InterAct Consortium
PLOS Medicine 9(6): e1001230. doi:10.1371/journal.pmed.1001230

Crédit Photo Creative Commons by  artist in doing nothing

Articles sur le même sujet