samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Maladie d’Alzheimer : Un vaccin stimule la production d’anticorps contre les plaques amyloïdes

Le vaccin n’est en phase 1 de développement, donc ne sera pas disposable avant plusieurs années, mais les résultats préliminaires sont importants pour les patients et la communauté scientifique. Ce vaccin développé par des scientifiques Suédois de l’institut Karolinska et du  Swedish Brain Power Network (financement Novartis AG), le vaccin serait destiné en particulier aux patients souffrant d’une maladie d’Alzheimer modérée. Les résultats sont publiés dans la revue The Lancet Neurology.
Le vaccin, pour l’instant appelé CAD106, stimule la production d’anticorps N-terminal Aβ, qui ciblent les peptides d’amyloïde β (Aβ). Cette production d’anticorps Aβ-spécifiques permettrait chez les patients de ralentir les dépots de plaques amyloïdes au niveau cérébral, celles-là même qui seraient responsables de la réduction progressive des capacité cérébrales.

Le vaccin a été testé chez des patients de 50 à 80 ans souffrant d’un maladie d’Alzheimer mineure à modérée. La première étude menée pendant 52 semaines, était déjà une étude contre placebo et en double aveugle, une garantie de qualité des résultats obtenus. Chaque patient a reçu 3 injections de 50 μg de CD106 ou de placebo. Les patients étaient suivi sur le plan clinique, neurologique et par imagerie cérébrale (IRM). L’objectif était en particulier de suivre la production des anticorps Aβ-IgG afin d’évaluer le nombre de patient pouvant être qualifié de répondeur.

Au total 46 patients ont reçu le vaccin et 12 un placebo. 56 des 58 patients inclus dans l’étude ont rapporté des effets secondaires, le plus souvent une naso-pharyngite, ou un érythème au site d’injection. Sept patients ont eu des effets secondaires graves qui selon les scientifiques ne seraient pas rattachés au traitement testé. En particulier, il n’y a pas eu de méningoencéphalite.  34 des patients ayant reçu le vaccin sur 46 (73%) ont développé des anticorps spécifiques contre les protéines Aβ amyloïde.

Il reste maintenant à poursuivre les recherches pour vérifier une capacité d’administration à plus grande échelle mais surtout pour vérifier que stimuler la production de ces anticorps apportera un bénéfice clinique aux patients souffrant d’une maladie d’Alzheimer, comme par exemple, un ralentissement de la maladie, un effet qui pour l’instant reste du domaine de la spéculation.

Source

Safety, tolerability, and antibody response of active Aβ immunotherapy with CAD106 in patients with Alzheimer’s disease: randomised, double-blind, placebo-controlled, first-in-human study
Prof Bengt Winblad, Niels Andreasen MD a, Prof Lennart Minthon, Annette Floesser, Georges Imbert,Thomas Dumortier, R Paul Maguire, Kaj Blennow, Joens Lundmark, Matthias Staufenbiel, Prof Jean-Marc Orgogozo, Ana Graf
The Lancet Neurology, Early Online Publication, 6 June 2012

Articles sur le même sujet