Un Américain de 50 ans contaminé par la peste

Un américain de 50 ans, vivant en Oregon, a été contaminé par la peste, une pathologie d’origine asiatique. L’homme, actuellement hospitalisé dans un état sérieux, avait tenté de soustraire une souris à l’appétit vorace d’un chat en lui retirant de la bouche.

Plusieurs jours après, il a commencé à présenter une violente fièvre et plusieurs  signes cliniques de la peste : des bubons sont apparus, ainsi que des adénopathies suintantes aux aisselles et à l’aine, associées à des douleurs abdominales et des hémorragies, lorsque le stade septicémique a été atteint, c’est à dire quand la bactérie responsable de la peste, Yersinia Pestis, diffuse dans le sang.

Les souris mais surtout les rats, sont le réservoir naturel du germe mais ce ne sont pas eux qui transmettent la maladie. Ce sont les puces : en suçant le sang du rat, les puces absorbent la bactérie qui se porte au niveau de leur intestin et bloque leur système digestif, les incitant à plus se nourrir et à absorber encore plus du sang. Les rats ne survivent pas à la maladie, et lorsque le nombre de rats décline, cela pousse les puces à s’attaquer aux hommes. Les puces, passant du rat à l’homme régurgiteront le bacille dans la plaie d’une morsure.

La maladie est grave chez l’homme, et souvent mortelle. Des antibiotiques sont actifs sur la bactérie mais doivent être utilisés le plus tôt possible. L’histoire ne dit pas si le rongeur, sauvé des griffes du chat a survécu. Le chat lui est décédé et son corps est actuellement examiné par les services vétérinaires de l’Oregon.

Les vieilles maladies n’ont pas disparue. Elles restent latentes, attendant le moment propice pour réapparaitre.

Source

US man contracts the plague saving a mouse
Amy Willis, Los Angeles
The Telegraph 15 Jun 2012

Lire plus de choses sur la peste

One thought on “Un Américain de 50 ans contaminé par la peste

  1. Bonjour,

    Je me manifeste aujourd’hui car il y a des fautes d’orthographe dans votre texte, c’est assez banal, mais aussi un inversion syllabique : vous écrivez « adénothapies » alors qu’il s’agit d »adénopathies », pour le profane, il s’agit simplement des ganglions.
    Problème de non relecture ? Problème de traduction de la part d’une personne étrangère au monde médical ?
    Ce n’est pas la 1ère fois que je relève des fautes, mais ces « adénothapies » ont déclenché un « phénomène de rejet » de ma part !
    Sinon, vos articles sont intéressants, continuez !
    Meilleures salutations

    Docteur Claude BRESSY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *