samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le gel des prothèses PIP n’est absolument pas toxique, affirment les autorités sanitaires anglaises

Selon un rapport rendu public aujourd’hui par les autorités sanitaires anglaises, le National Health Service, les prothèses PIP ne poseraient pas de problèmes de santé sur le long terme.

On se rappelle que les autorités sanitaires françaises et le ministre de la santé de l’époque, Xavier Bertrand avaient déclenché une alerte mondiale, et surtout une grande inquiétude chez les 400 000 femmes porteuses de ces prothèses dans le monde, suite à la découverte dans les usines françaises les produisant, d’un gel de remplissage non conforme. L’argument essentiel était que le risque de rupture des prothèses était plus important.

L’Afssaps, qui a depuis changé d’appellation, avait à l’époque réalisé une évaluation du gel de remplissage des prothèses et défini qu’il ne posait pas de problème de toxicité. Cet avis est donc aujourd’hui renforcé par le NHS anglais : selon leur rapport, le gel est non toxique et en particulier n’accroit pas le risque de cancer du sein.

Différents échantillons de gel ont été évalués, en Angleterre, en Australie et en France, a expliqué le Professeur Bruce Keogh, Directeur Médical du NHS, et “nous ne pensons pas qu’il y ait une crainte à avoir sur le long terme pour la santé des femmes porteuses des prothèses PIP” a t-il ajouté :

  • Les analyses chimiques de plusieurs échantillons retrouvent des taux élevés de siloxanes mais ils ne représentent pas un danger pour la santé, même en car de rupture. Ceci mis à part, aucune différence n’est retrouvée entre les prothèses PIP et d’autres prothèses en termes de qualité du gel de silicone.
  • Il n’a pas été retrouvé d’impureté organique dans les prothèses PIP. Le niveau de platine dans les prothèses PIP est moindre que dans le silicone destiné à un usage médical. Un très faible taux de césium sans influence pour la santé a également été retrouvé.
  • Les analyses toxicologiques confirment que le gel de silicone des prothèses PIP n’est pas cytotoxique. Par ailleurs, les tests réalisés par les autorités sanitaires australiennes et menés dans des laboratoires de bon niveau tant en France qu’en Australie ne retrouva pas d’effet irritant pour la peau du gel de silicone, contredisant les premières affirmations de l’Afssaps.

Cependant, ces experts confirment l’inquiétude première sur la mauvaise qualité de ces prothèses qui ont un risque de rupture plus important que d’autres. Ce risque est évalué dorénavant à un taux de rupture allant de 6 à 12% à 5 ans et de 15% à 30% à 10 ans, contre 10% (Allergan) à 14% (Mentor) pour les autres marques.

Le NHS n’émet toujours pas de recommandation systématique d’explantation des prothèses chez les porteuses dont les prothèses PIP sont toujours en bon état, contrairement à la France.

Source

Poly implant Prothese (PiP) breast implants: Final report of the Expert Group

Sir Bruce Keogh, NHS Medical Director
18 Juin 2012

Crédit Photo Creative Commons by  Ogmios – Lord Of Eloquence


Articles sur le même sujet