samedi 1 octobre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Prévention des maladies cardiovasculaires : encore insuffisamment de patients traités

De nombreux patients de 75 ans et plus devraient recevoir des médicaments prévenant le risque de survenue des maladies cardiovasculaires mais leurs médecins ne les leur prescrivent, pas dénoncent one étude publiée dans la revue médicale anglaise The British Medical Journal.

 Selon les scientifiques des universités de Birmingham et d’Oxford qui publient cette étude, les patients âgés sont largement ignorés par les recommendations alors sue des médicaments pen cortex et qui not fait leurs prevues pourraient réduire le risque de handicap et prolonger leur vie.

La mortalité cardiovasculaire, suite à un accident vasculaire cérébral, un infarctus, une insuffisance cardiaque ou une hypertension est la principale cause de mortalité dans le monde. Le risque de survenue de ces évènements croit avec l’âge. Cette réalité est bien connue et la prévention de ces pathologies bénéficie de médicaments efficaces capables de normaliser une hypertension artérielle, un taux de cholestérol élevé, et de réduire chacun de ces évènements. Et si de nombreuses personnes qui pourraient en bénéficier ne sont pas traitées, cela est peut-être encore lus vrai pour les femmes,parfois délaissées en matière de prise en charge cardiovasculaire.

Afin de vérifier ce manque de prise en charge, les auteurs ont analysé les prescriptions médicamenteuses de 36 679 patients de 40 à plus de 85 ans, à haut risque cardiovasculaire, mais qui n’avaient encore pas subi de complications.

La proportion de patients recevant une prescription d’antihypertenseur dans cette population augmente avec l’âge, de 5% entre 40-44 ans à 57% pour les plus de 85 ans. La chance de recevoir un traitement décline après 85 ans.Les femmes et les hommes ont ici la même chance de recevoir un traitement mis à part entre 65-69 ans et 75-79 ans où les femmes paraissent un peu plus souvent traitées.

La proportion de patients recevant une statine pour diminuer leur cholestérol, passe de 3% à 40-44 ans à 29% entre 70-74 ans, pour diminuer ensuite à 23% chez les plus de 75 ans. Les hommes sont un peu plus souvent traités que les femmes avant 60 ans et cela s’inverse après 75 ans.

Ces analysent démontrent que si la proportion de patients recevant effectivement un traitement nécessaire augmente avec l’âge, nombreux sont ceux qui sont laissés pour compte, en particulier les plus âgés. Pourtant l’efficacité à traiter les patients âgés hypertendus  a été démontré permettant de réduire les accidents vasculaires cérébraux et d’allonger la durée de vie. si la démonstration peut apparaitre moins claire avec les statines, plusieurs études ont montré une réduction des accidents vasculaires cérébraux et cardiaque après 2 à 3 ans de traitement chez des patients âgés, hommes et femmes.

Les auteurs concluent que les populations âgées ne doivent pas être ignorées dans le cadre de la prévention cardiovasculaire et suggèrent que les recommandations officielles en tiennent compte tout en souhaitant que des patients âgés de plus de 75 ans  soient plus souvent inclus dans les essais cliniques. Cela permettraient de réduire les inégalités de traitement constatées en fonction de l’âge.

Source

Impact of age and sex on primary preventive treatment for cardiovascular disease in the West Midlands, UK: cross sectional study
J. P. Sheppard, S. Singh, K. Fletcher, R. J. McManus, J. Mant
BMJ, 2012; 345 (jul12 2): e4535 DOI: 10.1136/bmj.e4535

Articles sur le même sujet