mardi 27 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Comment votre vernis à ongle peut vous conduire au diabète?

La fréquence du diabète a doublé chez les femmes entre 1980 et 2010, passant de 2,9% à 5,9% de la population. Et si l’augmentation du poids est un facteur de risque reconnu, d’autres facteurs, pour l’instant ignorés, pourraient également jouer un rôle. C’est dans ce contexte qu’une étude menée par des chercheurs de Brigham et du Women’s Hospital, démontre un lien entre l’augmentation des concentrations de phtalates dans l’organisme et un risque accru de diabète chez les femmes.

Les phtalates sont des perturbateurs endocriniens qui sont généralement trouvés dans les produits de soins personnels tels que les crèmes hydratantes, les vernis à ongles, les savons, les laques pour les cheveux, les parfums, etc. Leur utilisation entraient un passage sanguin des produits chimiques qui ont une répercussion sur le fonctionnement endocrinien.

Les chercheurs ont analysé les concentrations urinaires de phtalates de 2350 femmes. Ils ont constaté que les femmes ayant les niveaux les plus élevés de phtalates étaient plus susceptibles de souffrir d’un diabète. La présence de mono-phtalate de benzyle et de mono-isobutyle phtalate double par exemple le risque d’être diabétique, comparativement aux femmes ayant une contamination plus faible par ces substances.

Une contamination élevée par  le 3-carboxypropyl phtalate accroit de 60% le risque d’être diabétique. Les phtalates di-2-éthylhexyle sont les plus utilisés : on les retrouve dans les fragrances (parfums divers), mais aussi dans les cathéters médicaux, les emballages alimentaires, etc. Cette étude confirme un lien entre un taux d’exposition élevé et le risque d’être diabétique.

Aujourd’hui plus de 75% de la population est contaminée par les phtalates de manière plus ou moins importante, mais toujours à son insu : la contamination se fait par utilisation de produits de soins corporels et autre produits de beauté, par l’alimentation, etc. En plus d’être un disrupteur endocrinien, les phtalates modifient l’adipogénése et le métabolisme du glucose, deux phénomènes métaboliques rentrant en jeu dans l’apparition d’un diabète de type 2. Par exemple une étude menée chez l’homme en 2007 montrait qu’une contamination élevée par les phtalates augmentait le tour de taille et l’insuline-résistance, un stade précurseur du diabète de type 2.

“C’est une première étape importante dans l’exploration de la connexion entre les phtalates et le diabète», a déclaré le Dr James-Todd qui a réalisé l’étude, “Nous savons que, en plus d’être présents dans les produits de soins personnels, les phtalates existent également dans certains types de dispositifs médicaux et les médicaments qui sont utilisés pour traiter le diabète”. Cette nouvelle étude démontre l’importance de poursuivre l’exploration entre intoxication involontaire par les phtalates et risque de diabète. Dès qu’un lien de causalité indiscutable sera démontré, réduire l’exposition aux phtalates deviendra (peut-être) une priorité de santé publique.

Source

Urinary Phthalate Metabolite Concentrations and Diabetes among Women in the National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) 2001-2008
Tamarra James-Todd, Richard Stahlhut, John D. Meeker, Sheena-Gail Powell, Russ Hauser, Tianyi Huang, Janet Rich-Edwards
Environmental Health Perspectives, 13 Jul 2012 DOI: 10.1289/ehp.1104717

Crédit Photo Creative Commons by invertednailsystems

Articles sur le même sujet