samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

JQ1, la molécule qui rend les mâles infertiles

De nombreuses recherches ont été menées pour découvrir un moyen médicamenteux simple et efficace ayant la capacité de “stériliser” l’homme de rapide et réversible. Cependant jusqu’alors aucune équipe scientifique n’y était parvenue. C’est un pas peut-être décisif dans cette direction que vient d’achever l’équipe de Martin Matzuk en identifiant une molécule, dénommée JQ1, et capable de réduire le nombre et la mobilité des spermatozoïdes chez la souris mâle. Cette découverte ouvrira peut-être la voie à une application humaine. La découverte est publiée dans la revue Cell.

L’absence d’une possibilité de contraception chez l’homme est, selon les auteurs, responsable d’un fort taux de grossesses non désirées, en particuliers chez les adolescentes, et contribue à la mortalité maternelle, au coût éthique, social et financier des avortements et du nombre important de mères célibataires”. Dans l’objectif de découvrir la molécule qui pourrait donc éviter à l’humanité l’ensemble de ces maux, les scientifiques ont recherché quelles molécules étaient indispensables à la spermatogenèse et à la fertilité chez les mammifères et se sont finalement concentrés sur l’une d’entre elles, une protéine nommée BRDT. Une anomalie de cette protéine est capable de générer une infertilité chez l’homme.

C’est donc en ciblant cette protéine à l’aide d’un agent inhibiteur, JQ1, qu’ils ont mené des tests chez des souris. Les souris recevant cette molécule subissaient une réduction de leur volume testiculaire, le nombre de spermatozoïdes s’abaissait (inhibition de la spermatogénèse) et leurs spermatozoïdes restant étaient 4 à 5 fois moins mobiles. Après arrêt de l’injection de JQ1, les souris traitées mises en présence de souris femelles ont pu avoir une descendance montrant le caractère réversible à cours terme du traitement.

Le chemin vers la mise en place d’un traitement contraceptif pour l’homme, basé sur la molécule JQ1, restera cependant encore très long : il devra confirmer une efficacité importante, une bonne tolérance et une absence d’effet secondaire à long terme.

Source

Small-Molecule Inhibition of BRDT for Male Contraception
Martin M. Matzuk, Michael R. McKeown, Panagis Filippakopoulos, Qinglei Li, Lang Ma, Julio E. Agno, Madeleine E. Lemieux, Sarah Picaud, Richard N. Yu, Jun Qi, Stefan Knapp, James E. Bradner.
Cell, 2012; 150 (4): 673

Contraception for Men: A Breakthrough New Approach
William J. Bremner
Cell, 2012; 150 (4): 667

Crédit Photo Creative Commons by  kamikaze gecko

Articles sur le même sujet