dimanche 2 octobre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Diabète de type 2, un dogme tombe! Non, les cellules qui sécrètent l’insuline ne meurent pas

 Les médecins pensent généralement que la diminution de la production d’insuline par le pancréas, qui cause le diabète de type 2, est lié à la mort des cellules bêta productrices d’insuline. Une nouvelle étude de l’université médicale de Columbia remet en question ce dogme: les chercheurs démontrent que les cellules bêta ne meurent pas mais reviennent à un état plus fondamental de cellule indifférenciées. Cette découverte suggère qu’une nouvelle stratégie thérapeutique qui préviendrait cette transformation cellulaire ou qui les pousseraient à se différentier à nouveau pourrait améliorer la glycémie chez le diabétique de type 2. Les résultats de cette étude sont publiés dans la revue Cell.

“Dans le diabète de type 2, la théorie qui prévaut est que c’est la mort des cellules bêta qui est responsable du déclin de la production d’insuline » explique Domenico Accili, “Mais quand vous examinez un pancréas, vous ne retrouvez que très peu ou pas du tout de cellules bêta mortes. La dysfonction du pancréas n’a donc rien à voir avec la mort des cellules bêta et personne n’avait d’explication plausible à ce phénomène ».

Les scientifiques suspectaient la protéine FoxO1. Un facteur de transcription, capable de contrôler les gène par un effet on/off servant un peu de jauge au statut nutritionnel du corps.

Quand une cellule est bien nourrie,  FoxO1 est inactive et reste dans le cytoplasme de la cellule. Lorsque la glycémie augmente, FoxO1 rejoint le nucléus : “Le point de départ de l’étude était de se demander pourquoi Fox01 rejoignait le noyau cellulaire aux premières phases du début du diabète de type 2 et est-ce que le déclin de Fox01 est la cause du diabète ou une conséquence.

Les scientifiques ont créé une souris dont les cellules bêta n’avaient pas de protéines Fox01. Si initialement les souris apparaissaient normales mais après un stress physiologique, tel qu‘une grossesse ou le vieillissement, le niveau d’insuline s’abaissait chez les souris et le glucagon augmentait, un phénomène identique à celui qui se développe chez le diabétique.

Et effectivement, les cellules bêta ne disparaissent pas mais se transforment en un type cellulaire différent qui ne produit plus d’insuline. Même certaines se transforment en cellules productrices de glucagon, ce qui peut expliquer les taux anormaux de glucagon retrouvés chez l’homme.

Cette étude démontre que la protéine Fox01 est nécessaire aux cellules bêta du pancréas pour qu’elles restent des cellule bêta actives. Cette découverte peut avoir des implications thérapeutiques car actuellement la base du traitement du diabète de type 2 est de forcer les cellules bêta à continuer à sécréter de l’insuline. L’étude suggère au contraire qu’il faudrait soulager les cellules bêta lors de la phase précoce du diabète puis d’utiliser un agent thérapeutique qui pousserait les cellules bêta en différentiation à redevenir des cellules bêta actives. Cet agent thérapeutique n’existe pas encore.

Source

Pancreatic β Cell Dedifferentiation as a Mechanism of Diabetic β Cell Failure
Chutima Talchai, Shouhong Xuan, Hua V. Lin, Lori Sussel, Domenico Accili
Cell, 2012; 150 (6): 1223

Crédit Photo Creative Commons by  Uwe Hermann

Articles sur le même sujet