dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

La consommation de chocolat favorise l’obtention d’un prix Nobel

Plus une population mange de chocolat, plus ce pays obtient de prix Nobel révèle une analyse publiée dans le New England journal of Medicine, un journal médical connu pour son sérieux et sa très difficile sélection des articles. L’auteur, Franck H. Messerli est également un scientifique reconnu.

Les flavonoïdes sont abondant dans de nombreux végétaux. Ils sont connus, explique Franck H. Messerli, pour améliorer les performances cognitives chez les patients âgés. En particulier le flavonol, présent dans le cacao, le thé vert, le raisin et quelques fruits, paraît ralentir la diminution des capacités cognitives et améliorer la circulation cérébrale. Des études animales ont montré une amélioration de ces performances cognitive après absorption d’extrait de cacao. C’est devant ces constatations scientifiques que Frank H. Messerli a recherché s’il existait un lien entre la consommation de chocolat d’une population et le nombre de prix Nobel obtenu par un pays. Après avoir obtenu la consommation moyenne de chocolat de 23 pays, il a corrélé le résultat au nombre de prix Nobel reçu par chaque pays depuis la création de ce prix, et jusqu’à octobre 2011.

Il retrouve une corrélation linéaire significative entre la consommation de chocolat par habitant et le nombre de prix Nobel. Le pays arrivant en tête est sans surprise la Suisse sur un  total de 23 pays. Il évalue même que la consommation de chocolat par habitant devrait augmenter de 400 grammes par an et par habitant pour qu’un pays obtienne un prix Nobel supplémentaire. Pour les Etats-Unis cela signifierait un accroissement de la consommation de 125 millions de kilogrammes de chocolat sur une année.

Cette corrélation ne prouve pas, écrit l’auteur avec justesse, un lien direct entre la consommation de chocolat et le nombre de prix Nobel. Cependant, comme le chocolat semble capable d’améliorer les capacités cognitives, il est possible de penser que le chocolat fourni le terreau nécessaire à la germination des grands esprits. On pourrait aussi émettre l’hypothèse, poursuit-il, que ces grands esprits, probablement supérieurs, sont plus enclin à rechercher les bénéfices des produits capables de les leur pourvoir et donc augmentent leur consommation de chocolat.

Seul, le résultat de la Suède sort  de cette corrélation linéaire : de part sa consommation de chocolat, elle aurait du produire 14 lauréat seulement mais en a eu plus du double, 32 exactement. Existe t-il une partialité suédoise lors des choix ? La France, les Etats-Unis ou la Belgique sont en milieu de liste, la Chine et le Brésil en queue.

Deux morales sont à tirer de cet article pour les scientifiques et les médecins : le premier et qu’il est peut-être temps d’accroitre leur consommation de chocolat, la seconde est, qu’avec une bonne idée et peu de financement, il est possible d’obtenir une publication dans le New England Journal of Medicine, le Graal pour beaucoup. Certes, tout le monde ne s’appelle pas non plus Frank H. Messerli.

Source

Chocolate Consumption, Cognitive Function, and Nobel Laureates
Franz H. Messerli, M.D.
NEJM October 10, 2012

Articles sur le même sujet