mercredi 28 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Arrêter de fumer avant 40 ans annule 90% de l’excès de mortalité

Les femmes nées dans les années 1940 constituent la première génération qui fut de manière importante exposée au tabac tout au long de sa vie. Ce n’est que maintenant qu’il est possible de dresser le bilan des conséquences du tabagisme et d’estimer l’intérêt de santé publique qu’à représenté pour certaines l’arrêt du tabac.
1·3 millions de femmes ont été recrutées en Angleterre au cours des années 1996—2001 et suivies pendant 3 à 8 années. Un bilan de leur tabagisme a été réalisé lors de leur inclusion et  des années suivantes. L’analyse des scientifiques a pu être menée avec 1,2 millions de participantes. Elles étaient nées en moyenne en 1943 et étaient âgées de 55 ans. Au début de l’étude, 20% étaient encore fumeuses, 28% avaient arrêté de fumer et 52% n’avaient jamais fumé.
 
Au cours de 12 années de suivi, la mortalité des fumeuses était presque 3 fois plus importante (x2,76) que celle des femmes n’ayant jamais fumé. Même chez celles qui avaient réduit leur consommation et fumaient moins de 10 cigarettes par jour, la mortalité était doublée. Parmi les 30 causes de décès évalué, 23 étaient augmentées chez les fumeuses : notamment, le risque de cancer du poumon était multiplié par 21.
En revanche, l’arrêt du tabac a été bénéfique : Les femmes qui avaient cessé de fumer entre 25-34 ans n’avaient pas de risque de mortalité augmenté même si elles conservait un risque de cancer du poumon augmenté de 84% et celles ayant arrêté entre  35-44 ans avaient un risque de mortalité accru “seulement” de 20% mais un risque de cancer du poumon multiplié par 3,4. Ainsi si il persiste un excès de mortalité chez les ex-fumeur, il ne représente que 3% à 10% de celui des femmes ayant poursuivi leur intoxication chronique par le tabac.
Cette étude confirme la nocivité et le coup social du tabac mais démontre également le bénéfice vital que représente l’arrêt du tabac : 53% des fumeuses sont décédées avant 80 ans contre seulement 22% des non fumeuses : fumer empute la durée de vie de 11 années.

Parmi ces femmes fumeuses, les deux tiers des décès survenus entre 50 et 80 ans sont liés au tabac. Arrêter de fumer avant 40 ans évite 90% de l’excès de mortalité du au tabac, une réduction qui atteint 97% si l’arrêt du tabac se fait avant 30 ans.

Source

The 21st century hazards of smoking and benefits of stopping: a prospective study of one million women in the UK
Kirstin Pirie, Richard Peto, Gillian K Reeves, Jane Green, Valerie Beral, for the Million Women Study Collaborators
The Lancet, Early Online Publication, 27 October 2012

Crédit Photo Creative Commons by Extra Zebra

Articles sur le même sujet