mercredi 28 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Drogues, sexe et boissons énergisantes, le cocktail des étudiants à risque

 

Les boissons énergisantes, suite à un marketing mondial forcené, sont devenues très populaires auprès des étudiants, 51% en consommeraient aux Etats-Unis. Les étudiants ont également une forte consommation d’alcool et sont enclin au binge drinking. L’association d’alcool et des boissons énergisantes est de plus en plus courant, avec des cocktails comme le  “Jäeger Bomb” associant du Red Bull et la liqueur Jäegermeister. Cette consommation répond à plusieurs motifs : accélérer l’alcoolisation, réduire la fatigue, ou parce le goût est apprécié. Toutefois cette consommation pose de nouveaux problèmes de santé publique. En effet, en plus du risque possible de déclencher des troubles cardiaques chez de jeunes buveurs ayant une pathologie cardiaque inconnue (cf. article Docbuzz), elle réduit la sensation d’ivresse et pourrait favoriser des comportements à risque, tel que prendre sa voiture malgré une forte alcoolisation, car les consommateur n’ont pas réellement conscience de leur niveau d’intoxication, une situation appelée aux Etats-Unis le “wide-awake drunkenness”.

Des scientifiques du département de psychologie de l’université de Richmond (Virginie) ont voulu déterminer jusqu’où pouvaient aller ces conduites à risque : les consommateurs accros aux boissons énergisantes associées à l’alcool prennent-ils sexuellement plus de risque ? Multiplient-ils plus facilement les partenaires? Sans protection? Tombent-ils plus facilement dans l’alcoolisme chronique ? Deviennent-ils des consommateurs de marijuana, de cocaïne, d’héroïne, d’amphétamines?

Pour répondre à ces questions, plus de 700 étudiants, âgés en moyenne de 19 ans ont été recrutés et ont accepté d’être suivis. 60% étaient des filles. 91% étaient hétérosexuels, 4,8% bisexuels, 3,6% comme gay et 0,6% comme appartenant à une minorité sexuelle non définie. 48,8% étaient célibataires.

Sur les 84,7% reconnaissant boire de l’alcool, 30% consomment des boissons énergisantes mélangées à l’alcool. Près de 20% de l’ensemble des étudiant rapporte consommer ce mélange tous les mois. La consommation est même de 50% chez les étudiants en première année d’université et «seulement» de 28%  chez les deuxièmes années et continue à décroitre en fonction de l’ancienneté au sein de l’université pour atteindre 6% chez les 4èmes années.

Les consommateurs de boissons énergisantes associées à de l’alcool sont également plus consommateurs de marijuana, d’ecstasy et de cocaïne. Ce lien n’est pas retrouvé avec la méthamphétamine, la kétamine ou les poppers.

Ces consommateurs de boissons énergisantes mélangées à de l’alcool s’exposent également beaucoup plus à une sexualité vaginale et anale non protégée en particulier après avoir trop bu ou consommé des drogues. Ils changent aussi plus fréquemment de partenaires.

Cette étude confirme tout d’abord la popularité des boissons énergisantes mixées à de l’alcool au sein des étudiants les plus jeunes. Elle montre que les utilisateurs de drogues sont aussi consommateurs de ces boissons énergisantes mélangées à l’alcool (ou l’inverse), suggérant une appétence particulière d’une partie de cette population jeune pour les expériences stimulantes. Elle confirme que l’alcoolisation à l’aide de ce mélange favorise les conduites sexuelles à risque. Ces sensations d’éveil et de stimulation augmentés, associés à une impression de moindre réduction des capacité motrices, du fait de l’association des boissons énergisantes à l’alcool, expose ces jeunes étudiants à des situations à risques, causant potentiellement une moindre volonté de protection lorsqu’une opportunité sexuelle apparait.

Les risques liés à la consommation de boissons énergisantes ici associées à l’alcool semblent donc dorénavanbien établies

Source

High-risk cocktails and high-risk sex: Examining the relation between alcohol mixed with energy drink consumption, sexual behavior, and drug use in college students
Daniel J. Snipes , Eric G. Benotsch
Addictive Behaviors 38 (2012) 1418–1423

Crédit Photo Creative Commons by Mark Turner

Articles sur le même sujet