samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le sport est un excellent antidépresseur, et aussi efficace!

La dépression est une cause et une conséquence fréquente de handicaps chez les patients âgés. Il est estimé qu’entre 5 et 10% de la population âgée est, à un instant donné, atteinte d’une dépression, une prévalence allant jusqu’à 18% dans les institutions. En plus, un syndrome dépressif majeur accroit de 59% la mortalité à 1 an dans cette population. Nombreux sont les patients qui reçoivent alors un ou plusieurs antidépresseurs. Toutefois, entre 30 à 35% de ces patients ne répondront pas au traitement et nombre d’entre eux rechutent dans l’année. Ces traitements peuvent par ailleurs, chez certain, entrainer des effets secondaires.

L’exercice physique pourrait être une option thérapeutique intéressante en substitut ou en adjonction au traitement médical, comme l’ont montré certaines études observationnelles, pourtant jusqu’alors toujours défectueuses sur le plan méthodologique, le nombre de patients ou l’absence de suivi clair de l’activité physique pratiquée. Une étude de qualité évaluant l’intérêt thérapeutique de l’exercice physique sur la dépression était donc attendue.

C’est ce qu’ont réalisé les chercheurs du département de psychiatrie et de médecine de l’Université de Duke, ajoutant encore à l’intérêt de l’étude en comparant trois groupes de patients dépressifs, un groupe traité par l’activité physique (53), un second groupe (48) traité par un antidépresseur (inhibiteur de la recapture de la sérotonine), un troisième groupe (55) traité par les d’exercice physique et l’antidépresseur.

Les patients recrutés étaient tous dépressifs, âgés de plus de 50 ans, et remplissant les critère du DSM-IV (humeur dépressive ou perte d’intérêt ou du plaisir, et au moins 4 des critères suivants : troubles du sommeil, perte de poids, modification de l’appétit, retard psychomoteur ou agitation, sentiment d’inutilité ou de culpabilité, trouble de la cognition ou de la concentration, et pensée suicidaires).

L’exercice physique était très suivi consistant en 3 séances supervisée d’exercice aérobie par semaine, pendant 16 semaines. Chaque séance comportait 10 minutes d’échauffement, suivi de 30 minutes de marche ou de jogging à une intensité adaptée à la fonction cardiaque de chaque patient, et s’achevait par 5 minutes d’exercices doux.

20% des participants n’ont pas fini l’étude pour des raisons diverses. Les patients faisant de l’exercice ont logiquement amélioré leur capacité aérobie au cours des séances.

Les trois groupes de patients ont montré un déclin significatif des symptômes dépressifs. En considérant que tous les patients ayant abandonné avant la fin de l’étude étaient toujours dépressifs lors de l’analyse des résultats, les scientifiques mettent en évidence que le nombre de patients qui ne sont plus dépressifs à la fin de l’étude est comparable dans les 3 groupes : 60, 4% parmi ceux qui faisaient de l’exercice, 68,8% dans le groupe traité, et 65,5% dans le groupe faisant de l’exercice et prenant un traitement. Cette étude démontre que la reprise d’une activité physique calibrée, contrôlée et suivie et aussi efficace qu’un traitement médical pour sortir de la dépression. La réponse thérapeutique est cependant plus rapide sous médicament. L’étude est cependant trop courte pour comparer le risque de rechute entre les différents traitements, un taux évalué entre 50 et 80% en fonction des études et des antécédents des patients.

Reprendre une activité physique permettrait donc, sous contrôle médical, de faire reculer une dépression de manière aussi efficace qu’un traitement médical, une nouvelle démonstration de l’importance majeur de l’activité physique pour l’homme.

Source

Effects of exercice trainbing on older patients with major depression
James A. Blumenthal, PhD; Michael A. Babyak, PhD; Kathleen A. Moore, PhD; W. Edward Craighead, PhD; Steve Herman, PhD; Parinda Khatri, PhD; Robert Waugh, MD; Melissa A. Napolitano, MA; Leslie M. Forman, MD; Mark Appelbaum, PhD; P. Murali Doraiswamy, MD; K. Ranga Krishnan, MD
Arch Intern Med. 1999;159(19):2349-2356

Crédit Photo CReative Commons by Iguanasan

Articles sur le même sujet