samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Générique : Un simple changement de couleur d’un antiépileptique accroit le risque d’arrêt de traitement de 27%

Les médicaments génériques sont, de par la loi, bioéquivalents aux médicaments de marque mais rien n’oblige un génériqueur à respecter la forme ou la couleur du comprimé original. Ces modifications de couleurs et de formes pourraient créer une confusion chez les patients et peut-être entrainer une interruption du traitement. Des médecins ont donc cherché à évaluer si la substitution entre des épileptiques bioéquivalents mais de formes et de couleurs différentes conduisaient les patients épileptiques à suspendre leur traitement avec les conséquences thérapeutiques, financières et sociales que l’on peut imaginer
L’étude cas-contrôles a inclus des patients américains bénéficiant d’une assurance médicale chez qui un antiépileptique était prescrit pour la première fois. Les “cas” étaient les patients qui ont interrompu leur traitement en ne renouvelant pas leur ordonnance au bout de plus de 5 jours. Les “contrôles” étaient les patients n’ayant pas omis de renouveler leur ordonnance. Les médecins ont ensuite évalué si un lien existait entre un non renouvellement de l’ordonnance et un changement de type de comprimé dans sa couleur et sa forme, tenant compte du sexe, de l’âge, du nombre de renouvellements et du nombre de crises épileptiques de chacun des participants.

L’antiépileptique utilisé dans cette analyse existe sur le marché en 37 couleurs et 4 formes différentes. Au total, 11 472 patients étaient inclus dans le groupe ayant interrompu son traitement et 50 050 dans le groupe “contrôle”. Un changement de couleur a précédé 136 interruptions de traitement dans le groupe “cas” (1,20%) et a été retrouvé chez 480 patients (0,97%) de l’autre groupe. Ainsi un changement de couleur du comprimé antiépileptique augmente le risque d’interruption de traitement de 27%. Pour un changement de forme, le risque est augmenté de 53% même s’il touchait un nombre moindre de patients.

Parmi les patients ayant fait des récidives de crises d’épilepsie, le risque d’interruption du traitement causé par un changement de forme était également significativement augmenté de +53%!

Les auteurs concluent qu’un simple changement de couleur du comprimé augmente le risque d’interruption d’un traitement antiépileptique, générant des risques cliniques importants. Selon eux, cette étude supporte la nécessité de reconsidérer la politique autorisant les génériques à exister sous des apparences diverses et variées.

Source

Variations in Pill Appearance of Antiepileptic Drugs and the Risk of Nonadherence
Aaron S. Kesselheim, MD, JD, MPH; Alexander S. Misono, MD, MBA; William H. Shrank, MD, MSHS; Jeremy A. Greene, MD, PhD; Michael Doherty; Jerry Avorn, MD; Niteesh K. Choudhry
Arch Intern Med. 2012;():1-7. doi:10.1001/2013.jamainternmed.997.

Crédit Photo Creative Commons by  erix!

Articles sur le même sujet